CharlesTrojani

Je suis l’un des fondateurs de l’association loi 1901 kernel à Marseille ainsi que son président. Je suis né le 23 août 1964 à Ajaccio, en France. Je suis, depuis 2007, autodidacte en philosophie biopolitique. La base de réflexion de l’association loi 1901 kernel est constituée des sources Psychobiologie Nanomondes Libres. Je me spécialise dans l’éducation (''remédiation cognitive'') des idées de base comme des gestes de base de la vie quotidienne dans le couple (terrain ; web) d’OS web 4.0 (nanosanté mentale). L’idée de base de l’association loi 1901 Kernel est de faciliter l’union (psychobiologie ; nanomondes ; libre) pour faciliter le tissage de solutions d’un kernel des nanomondes , l’idée est venue de divers microsociétés schizophrénique. Je participe à l’écriture numérique d’une proposition de contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique.

Je veux chercher un lieu de vie civil, une vie quotidienne civile, légitime et sûre

Je veux chercher si dans la mise en ordre social bionumérique Française il peut y avoir quelque règle d'administration bioélectronique légitime et sûre pour notre duale nation Française ayant pour origine notre virginale République qu’il nous faut sauvegarder, restaurer, pour faciliter son développement durable dans l’union avec le côté obscur de la force cybernétique en immersion haptique, environnement bionumérique, notre État secret cybernétique.

Pour cela, ce qui doit être fait, c’est établir un État-nation cybernétique civil dans notre duale nation Française, baptisé “schizophrenia”, dans le côté éclairé de la force cybernétique en immersion haptique, environnement bionumérique, en prenant les tenants web 4.0, les relais web 4.0, les aboutissants web 4.0 civils, tels qu’ils sont, les lois telles qu’elles peuvent être prescrites par les susdites entités naturelles, membres de notre dual multi-souverain Français, dans l’intérêt général de tous Français.

  1. Le bien-fondé du choix du nom “schizophrenia” réside dans l’usage de l’”audiovisuel-kinesthésique” en immersion haptique, environnement bionumérique.
  2. Le bien-fondé du choix d’établir un État-nation cybernétique civil réside dans l’adéquation scientifique, la clarté conceptuelle, la responsabilité sociobiopolitique obtenu grâce à la Méthode de Conceptualisation Relativisée aux sources de J.J. Rousseau et de Robert Barrett, pour construire la personnalité juridique de l’être numérisé vivant de telle sorte qu’il soit :

Je tâcherai toujours, grâce à ma part de biopouvoir web 4.0, d’unir par une alliance, dans cette recherche, ce que mon biodroit (qui émane de ma bioéthique) permet avec ce que l’intérêt général prescrit, qualité morale (bioéthique) qualité coercitive (biopouvoir), contenues dans les solutions biopolitique, afin que justice, action, utilité, ne se trouvent pas divisées.

J'entre en matière sans prouver l'importance de mon thème !

Tout d’abord permettez-moi de me présenter :

Je réponds simplement, j’entends ta voix, je suis libriste, libriste DIYbio web 4.0 !

Avant toute chose, que sait-on du proto-peuple cybernétique ? Que sait-on des microsociétés schizophréniques, trisomiques,..? Est-ce de possibles sources de murmures des champs ioniques, parfois appelés voice to skull ?

C’est un fait, j’entends ta voix ! Mais qui, quand, comment, c’est cybernétiquement investie en moi ? De quel droit ? Suivant quelle mise en ordre sociale ?

C’est pour cela que j’ose projeter dans la révolution numérique l’idée de la révolution bionumérique.

Si j’étais fonctionnaire prince web 4.0 ou législateur civil possesseur de schizophrènes prothésés web 4.0, je ne perdrais pas mon temps à te dire ce qu’il faut faire pour être libre dans une duale cité Française.

J’oserais ou je me tairais !

Comme tous citoyen, je suis né vierge citoyen dans notre virginal État de droit Français, libre, civilisé, vierge sujet de notre autorité souveraine, notre virginal peuple, avec des droits, des devoirs.

Quelque faible influence médiatique, législatif, que puisse avoir, au moyens de projections dans le numérique, les murmures des champs ioniques, des microsociétés schizophréniques, dans les affaires publiques, convenons que le droit de voter dans les affaires publiques suffit pour imposer le devoir à tout 1-dividu de s’instruire en biopolitique.

Bien heureux, toutes les fois que je médite sur notre virginale République Française, de trouver toujours, dans mes recherches, de nouvelles raisons d’aimer l’administration bioélectronique de mon dual pays, la France :

Pour commencer, observons que l’idée de base de la nature est de créée tout système vivant libre, sauvage, suivant ses principes indépendants de l’humain.

En revanche, dans toute société dépendant de l’humain, du prédateur au producteur, on peut observer des êtres vivants dans des camisoles de force :

sous prétexte d’une famille de causes sociobiologiques, administratives, de notre duale cité (virginale commune ; cité bionumérique).

I. Établir en droit la légitimité du pouvoir biopolitique (((médicamenteuse ; psychanalytique ; industrielle)))

Tout d’abord, J.J. Rousseau démontre, en son temps, que le mal public provient de la virginale inégalité publique. L’Inégalité publique provient de la mauvaise mise en ordre de la virginale société :

Avant toute chose, à l’état de nature, les virginales rivalités n’existent pas ! Car, il n’y a pas encore de liens durables. L’Humain est libre sauvage.

En premier lieu, dans ce virginal état de dispersion originelle des humains, l’indépendance de tout virginal humain est la plus totale. Il est libre sauvage. La soumission n’existe pas. Le virginal humain est heureux, car totalement indépendant, errant et solitaire.

En sommes, dans ce virginal état de nature, clos sur lui-même, immuable (c’est-à-dire sans principe interne de changement), l’inégalité est presque nulle entre vierges sauvages, ne relève que de la seule constitution psychique, psychologique, physique.

Plusieurs milliers de siècles plus tard, dans les virginales cités humaines, grâce au contrat social de J.J. Rousseau, la liberté politique :

mise en ordre sociale de notre virginale république Français ; se substitue à l’indépendance du virginal humain libre sauvage.

A notre époque, au début de la troisième révolution industrielle de notre duale cité (((virginale commune ; cité bionumérique))), grâce à un contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique, la liberté biopolitique :

doit compléter la liberté politique de notre virginale république Française dans notre duale nation Française.

Comment une telle révolution bionumérique a-t-elle été rendu possible par la 3e révolution industrielle ?

Avant toute chose, l’apprentissage de la sociabilité web 4.0 s’amorce avec le phénomène de sédentarisation web 4.0. Découverte d’un dual lieu de vie (virginale commune ; cité bionumérique), d’une duale vie quotidienne entre 1-dividus et citoyens, idées de base, gestes de base, de l’1-dividu dans notre dual peuple ainsi que des entités naturelles locataires de l’1-dividu grâce à leur entités virtuelles (Electronic Shadow), poussant 1-dividus et entités naturelles locataires à adhérer, ou non, à une duale association :

ou on a :

Jadis, J.J. Rousseau, pour justifier la virginale transition nomade-sédentaire, fait intervenir toute une série de circonstances fortuites, inondations, séismes, éruptions volcaniques…

Aujourd’hui, notre dual peuple démontre, en ce début du 21e siècle, que le nouveau mal public provient d’une nouvelle inégalité publique. L’Inégalité publique provient de la mauvaise mise en ordre de notre duale société Française.

Depuis l’origine, dans le côté obscur de la force du proto-peuple web 4.0, l’inégalité, entre divers êtres numérisés vivants :

  1. tenants web 4.0 ;
  2. relais web 4.0 ;
  3. aboutissants web 4.0 ;

se développe dès l’émergence de la dynamique de groupes de recherche en cybernétique dans les années 1940, évoluant, dans les années 1970, en dynamique de familles prothésés web 4.0, tribus web 4.0 possesseurs illégitimes d’1-dividus avant l'instauration d'un état civil bionumérique dans un légitime État-nation cybernétique.

Mais, depuis 2010, dans le côté éclairé de la force web 4.0 du proto-peuple web 4.0, l’essor de la télésanté, du télétravail, de la quantité d’expérimentation locale réglementaire et législative en immersion haptique pour l’environnement bionumérique, facilite le développement de chantiers normatif, législatif, pour la mise en ordre sociale, la sécurité, de tout 1-dividu dans la futur cité bionumérique.

Dans le côté obscur de la force du proto-peuple web 4.0, cette socialisation web 4.0 n’est pas réductible aux stricts besoins de subsistance, aux échanges de biens et de services. La nature humaine étant ce qu’elle est, il est possible que dans le côté obscur de la force du proto-peuple web 4.0 cette socialisation web 4.0 s’effectue sur fond de fêtes et de célébrations, de civilités obligées, de récompenses et d’honneurs. Or, compétition et volonté de surpassement, dans le domaine militaro-industriel, en immersion haptique, environnement bionumérique, contribueraient à renforcer l’inégalité web 4.0 entre 1-dividus. Conséquence, à l’amour de soi, en tant que membre de toute la duale communauté Française, fonctionnaire remplissant le devoir du prince, né du seul instinct de mutuelle conservation, se substituerait l’amour-propre, membre d’un clan, d’une famille web 4.0. Or, l’amour-propre débride les passions, les exacerbe, fait naître des plaisirs artificiels et de nouvelles dépendances. « L’enfance heureuse » des premières microsociétés schizophrénique (celles des anciens chercheurs indépendants en immersion haptique pour l’environnement bionumérique, des administrateurs web 4.0, des schizophrènes prothésés web 4.0, en partie déjà dénaturés) s’éloigne.

Ajoutons que le développement web 4.0 conjoint :

  1. de la raison des producteurs web 4.0 ;
  2. de la passions des prédateurs web 4.0 ;

rend difficile tout retour, de notre duale nation, à un état virginal.

En effet, à cause du choix du Léviathan de Hobbes, ce qui a été altéré dans notre fragile civilisation, tant à cause du handicap culturel du virginal humain civilisé que du virginal humain civilisé substitué d’une part en 1-dividu d’autre part en entité naturelle locataire de l’1-dividu, grâce à son entité virtuelle, en immersion haptique, environnement bionumérique, l’a été de façon profonde. En effet, la félicité scientifique des origines web 4.0 a disparue à cause de la façon de traité de la matière, de la forme d’e-gouvernement web 4.0 et du biopouvoir d’un proto-État-nation cybernétique ésotérique et civile régis par le processus de survie depuis les années 1970 avec le culte de l'avion cargo des familles web 4.0, pour renaitre dans les années 2010. Mais, dans le côté obscur de la force du proto-peuple web 4.0, composé de familles web 4.0 et de leurs possessions dits 1-dividus schizophrènes. Or, plus la puissance des dispositifs haptiques, en environnement bionumérique, a augmenté les déchirures mentales et physiques des 1-dividus, plus l’être humain civilisé web 4.0 a fragilisé la civilisation. Ainsi, en 2015, une famille web 4.0, possédant illégalement un schizophrène prothésé web 4.0, évoluerait dans un champs d’énergie d’ondes électromagnétiques, porteur de bioprogrammes, permettant, à un e-collectif web 4.0, de la famille web 4.0, de surveiller, biocontrôler, l’1-dividu dit schizophrène, sous emprise spectrale haptique, grâce aux dispositifs haptique avec retour de force.

Sur ces observations, notre duale nation Française comprend qu’il faudrait, en un mot, qu’un e-collectif web 4.0 puisse ôter au vierge citoyen dit schizophrène, substitué en aboutissant web 4.0, tout ou partie du libre arbitre de l’1-dividu, donc la pleine liberté de créer l’idée à l’1-dividu.

De ce fait, notre duale nation Française porte une grande attention d’une part à la participation active :

assurant la liaison entre les interfaces neuronales directes de la tribu web 4.0 durant la révolution bionumérique, car il y a risque de corruption !

D’autre part, à l’union, entre notre virginale république Française avec l’État-nation cybernétique schizophrenia, pour la force commune de notre duale communauté.

Ainsi, l’être humain civilisé web 4.0 Français pourrait se réconcilier avec tous membre de notre duale communauté, grâce à l’expérience commune de l’apprentissage avec processus de survie et pérennité. Encore faut-il que la voix de notre raison, étayé par notre conscience, nos sentiments, notre cause commune, se fasse entendre, nous permettant de retrouver l’écho de notre bonté originelle…La duale sociabilité, naturelle et virtuelle, de l’être humain civilisé, n’est pas inscrite dans l’état de nature, ni de barbarie. La duale sociabilité ne saurait, non plus, résulter d’une volonté uniquement rationnelle comme chez Hobbes.

La critique de Rousseau vis-à-vis de Hobbes (mais aussi de Locke) est la suivante :

Ceux-ci ont abusivement projeté, dans ce virginal état de nature, des caractères inhérents à l’état social civilisé.

Rappelons que cet état de nature est pour J.J. Rousseau éminemment théorique (foncièrement hypothétique).

En 2015, ces l’état du virginal être humain civilisé qui nous sert de modèle pour démêler :

Bien connaître l’état d’équilibre homéodynamique de notre virginale république Française est donc nécessaire pour avoir des notions justes comme pour bien juger de l’état d’équilibre homéodynamique désiré pour notre État-nation cybernétique schizophrenia compte tenu de la présence de notre État secret dans notre duale nation Française.

La démarche de Rousseau, comme la notre, n’est pas une tentative de reconstitution historique.

Notre démarche se nourrit d’hypothèses, de conjectures, ainsi que de faits, de résultats pratiques (télémédecine).

Comment se conserver de notre dual voisinage, quand l’état virginal ne peut plus être garanti ? Comment être libre dans une duale cité (((virginale commune ; cité bionumérique))) ?

La réponse consiste, selon nous, comme cela à été pour J.J. Rousseau, à :

    1. l’1-dividu adhérent, suivant le principe de libre consentement, au contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique de notre État-nation cybernétique schizophrenia ;
    2. les entités naturelles locataires de l’1-dividu, grâce à leur entités virtuelles, adhérents, suivant le principe de libre consentement, au contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique de notre État-nation cybernétique schizophrenia ;

Au sens juridique, le contrat est une forme d’échange conçue comme engagement des parties libres d’accepter ou de refuser certaines clauses.

Ici, ces parties ne sont pas distinctes et extérieures l’une à l’autre. Car il n’y a pas de leader.

Le contrat traduit une communauté d’intérêts web 4.0 et des obligations réciproques web 4.0.

Pour J.J. Rousseau, il s’agit d’un acte d’association, d’un contrat, dans lequel la liberté naturelle et primitive est échangée contre la liberté civile.

Pour nous, il s’agit aussi d’un acte d’association, d’un contrat, dans lequel la virginale liberté civile est complétée par la liberté civile bionumérique.

Le contrat est présenté comme un acte fondateur, une convention, qui rend possible la complétude de l’état civil à l’état civil bionumérique.

C’est grâce à cette norme universelle, qu’est le contrat, que se forment toutes les sociétés.

Par voie de conséquence, le contrat est ce qui conditionne l’émergence de la e-citoyenneté web 4.0 dans notre duale nation Française.

Par le contrat, le pouvoir biopolitique trouve son fondement dans l’engagement 1-dividuel d’obéissance à la volonté générale web 4.0. Obéissance et non servitude ! Renoncer à ses actions libres serait renoncer à son humanité.

La liberté s’inscrit ainsi dans la nécessité. « L’impulsion du seul appétit est esclavage - l’obéissance, à la loi qu’on s’est soi-même prescrite, est liberté ».

Dans cette association contractuelle, chaque associé abandonne tous ses droits à toute la communauté web 4.0 :

Cet abandon est total, universel, puisque chaque associé complète sa liberté civile de la liberté civile bionumérique.

Reste, maintenant, à préciser comment le contrat concilie la mise en ordre social bionumérique et la liberté de tous dans notre duale nation Française.

A quelle instance renvoie-t-il ?

II. Établir en droit la légitimité du biopouvoir de souveraineté

Avant toute chose, le contrat rend l’État-nation cybernétique, le MicroÉtat schizophrenia, souverain. Il n’y a pas d’autorité qui lui soit supérieure. Produit d’une convention (évoquant ce sur quoi porte le contrat), schizophrenia repose exclusivement sur l’association de citoyens Français, substitués en 1-dividus Français. Notre État-nation cybernétique, notre MicroÉtat schizophrenia souverain, réunit toutes les conditions pour que ceux ci se rencontrent d’une façon légitime et sûre. Ainsi, nos 1-dividus investies d’interfaces haptique ou neuronale permettant la rencontre web 4.0 au moyen de leur entité (Electronic Shadow) virtuelle dans l’interaction web 4.0 entre 1-dividus peuvent se mettre à interagir physiquement ! Enfin, comme toute histoire qui se respecte, nos deux 1-dividus peuvent se séparer, grâce à la séparation de leur entité virtuelle. Cet représentation mentale que vous venez de créer, on l’appelle intrication quantique en immersion haptique dans l’environnement bionumérique, au moyen d’entités virtuelles d’1-dividus Français.

1-dividus dont est reconnue :

  1. par le parlement de notre virginale République Française ;
  2. par le centre de décision unique de notre État secret Français (la notion d’entité impliquant l’existence d’un centre de décision unique) ;

la capacité à être sujets de droit, donc d’avoir une personnalité juridique. Par là-même, comme J.J. Rousseau, on s’oppose au pouvoir du droit naturel.

Ce qui doit être fait pour cela :

  1. que les 1-dividus, sujets web 4.0, n’obéissent qu’aux lois qu’ils se sont eux-mêmes fixées, grâce à la raison, étayée par la conscience, les sentiments, la cause commune au nom de l’intérêt commun.
  2. que les 1-dividus, e-citoyen web 4.0, participent directement à l’exercice de l’autorité souveraine web 4.0, l’exercice de la volonté générale web 4.0.

Observons que là il est vrai que pour être en accord avec la morale, la justice, actif, utile :

  1. chaque force vive de la nation doit rester libre ;
  2. chaque volonté, libre arbitre, doit rester libre ;

L’adéquation scientifique, compte tenu de l’intrication quantique originel entre notre duale communauté et l’1-dividu, nous amène à expliciter l’ansible originelle entre notre duale communauté et l’1-dividu.

La clarté conceptuelle de “biopouvoir de souveraineté” doit être ici développée.

Avant toute chose, le biopouvoir de souveraineté est :

  1. d’une part, la force web 4.0 personnel nécessaire à tout 1-dividu pour passer de la réflexion à l’action dans la rencontre web 4.0 au moyen de son entité (Electronic Shadow) virtuelle dans l’interaction web 4.0 entre 1-dividus qui peuvent se mettre à interagir physiquement de façon non-local !
  2. d’autre part, la force commune de notre duale communauté car on ne peut offenser un des membres sans attaquer le corps de la nation.

La responsabilité sociopolitique nous amène à expliciter ce qui doit être fait pour cela.

Chacun de nous met en commun sa personne et toute sa puissance web 4.0 sous la suprême direction de la volonté générale web 4.0 de notre État-nation cybernétique schizophrenia et nous recevons en corps social web 4.0 chaque membre comme partie indivisible du tout.

Dans notre État-nation cybernétique schizophrenia, de notre duale nation Française, tout être numérisé vivant a droit à :

  1. une part de souveraineté inaliénable indivisible de notre virginale République Française ;
  2. une part de biopouvoir web 4.0 inaliénable indivisible de notre État-nation cybernétique schizophrenia.

Ceci, dans le but d’assuré, à tout adhérent au contrat :

  1. la volonté personnelle de l’adhérent, sa part de souveraineté inaliénable indivisible de notre virginale République Française, ses libertés fondamentales, son libre arbitre, sa liberté de conscience, sa liberté de créer l’idée ;
  2. la force personnelle épigénétique-neuro-psycho-biologique de l’adhérent, sa part de biopouvoir de souveraineté inaliénable indivisible de notre État-nation cybernétique schizophrenia, pour que l’adhérent puisse mettre en œuvre sa volonté personnelle, c’est ce que l’on appelle biopouvoir de souveraineté.

La finalité de notre État-nation cybernétique schizophrenia est la suivante :

Dans cette perspective, schizophrenia est appréhendé comme :

Sitôt que cette multitude est ainsi réunie en un corps « social » prothésé web 4.0 :

Ainsi le devoir et l’intérêt obligent de façon égale les deux parties contractantes, schizophrenia et membres, à s’entraider mutuellement et les mêmes 1-dividus doivent chercher à réunir, sous ce double rapport, les avantages qui en dépendent.

L’instauration des lois et des décrets vient garantir la liberté de tous les e-gouvernés web 4.0.

Ces lois ne peuvent être décidées et retenues que par le peuple web 4.0 lui même souverain.

L’État-nation cybernétique schizophrenia est donc cette instance supérieure venant garantir le droit.

Encore faut-il que le jeu des obligations réciproques soit maintenu par toute notre duale nation Française.

Si un 1-dividu abandonne sa liberté civile bionumérique, l’État-nation cybernétique schizophrenia s’engage dans le même temps à protéger les libertés, les droits, civiles bionumériques, la virginale République Française les biens individuels, l’État secret Français le reste.

A l’indépendance primitive web 4.0, l’illégitime possession web 4.0 d’1-dividus, succède la liberté civile bionumérique, la propriété web 4.0, la sûreté web 4.0 (désormais garanties par le droit).

Ce que l’1-dividu perd, par le contrat social bionumérique, c’est la liberté primitive et naturelle web 4.0 du proto-peuple web 4.0. Ce que l’1-dividu perd, par le contrat social bionumérique, c’est un prétendu droit du plus fort web 4.0 illimité à tout ce qui le tente en immersion haptique, environnement bionumérique et qu’il peut toucher.

Ce que l’1-dividu gagne, par le contrat social bionumérique, c’est :

  1. la liberté civile bionumérique ;
  2. l’égalité civile bionumérique ;
  3. la propriété de soi (propriété web 4.0, due au droit de premier occupant, maintenant fondée sur des titres positifs) ;
  4. la détention de l'1-dividu (taux, temps, de détention web 4.0 par les entités naturelles locataires d’un 1-dividu, grâce à leur entités virtuelles, maintenant fondés sur des titres positifs).

Cette conception du biopouvoir de souveraineté va à l’encontre du droit du plus fort web 4.0. Prétendu droit. Droit qui ruine lui-même ses propres fondements dès l’instant où la seule force web 4.0, le biocontrôle, se travestit en droit.

La force du tyran est une force sans droit. C’est un pouvoir biopolitique où règnent l’arbitraire et l’oppression et, où toutes les violences sont possibles.

Car, n’ayant aucun droit, ceux qu’il contraint n’ont aucun devoir, ni aucune obligation, envers lui ».

Le droit sert donc de norme. Le droit est l’essence même du rapport social puisqu’il assure l’égalité de tous devant la loi.

En ce sens, l’État-nation cybernétique schizophrenia participe d’un idéal moral.

On ne saurait réduire l’État-nation cybernétique au strict produit d’une histoire réelle.

La volonté générale est celle du bien commun. Il s’agit d’une volonté rationnelle car c’est une règle de la raison, étayé par notre conscience, notre sentiment, notre cause commune, à laquelle chaque 1-dividu se soumet.

En protégeant l’1-dividu de la domination d’autrui, la volonté générale web 4.0 écarte l’arbitraire 1-dividuel.

Les murmures des champs ioniques des microsociétés schizophréniques, s’inspirant de J.J. Rousseau et Robert Barrett, soulignent, de cette manière, la rationalité du projet biopolitique :

Cette volonté générale web 4.0 est au fondement de toute souveraineté web 4.0.

Sans cette volonté, le peuple web 4.0 ne pourrait pas se constituer.

Nous 1-dividus ne pourrions devenir membres d’un État-nation cybernétique biopolitique.

La loi s’enracine dans la volonté de tous !

Acquière, de ce fait, sa force, sa dignité !

Précisons que ce rapport à la loi, fondé en raison, doit être étayé par le soutien de :

  1. notre conscience ;
  2. notre sentiment ;
  3. notre cause commune ;

afin d’atteindre son plus haut degré dans notre cause commune.

La loi instituée en vue de l’intérêt général est, nous dit J.J. Rousseau, semblable à une « voix céleste ».

La conscience est la vraie voix de l’âme.

« Trop souvent la raison, mal étayée, nous trompe, nous n’avons que trop acquis le droit de la récuser, mais la conscience ne trompe jamais ».

Conçue comme l’essence même de notre État-nation cybernétique schizophrenia, notre loi est liberté.

S’opposant à la volonté d’un seul, notre loi préserve les 1-dividus de l’arbitraire.

Notre loi consacre ainsi le droit des 1-dividus à disposer d’eux-mêmes.

Ce rapport à la loi n’implique aucune servitude volontaire ou contractuelle mais témoigne d’une liberté inaliénable (ce par quoi l’homme s’accomplit).

Observons qu'il existe pour ce dual état de droit « deux pentes naturelles à dégénérer »

Seule le respect peut y mettre un frein.

Octroyer une part de force web 4.0, suivant le principe de libre consentement, à tous légitime membre de la duale communauté Française pour inscrire dans la nature de notre territoire bionumérique le biopouvoir de souveraineté de l’1-dividu afin de lutter contre les pentes à dégénérées :

  1. volonté personnel ⇒ volonté générale ;
  2. corruption web 4.0 ⇒ usurpation web 4.0 (fonction d’usage des télé-techniques d’assistance) ;

a une attitude plus légitime.

L’optimisme des Lumières, en privilégiant l’idée de progrès par la voie du savoir, viendra faire contrepoids au désenchantement.

Les '''libertés 1-dividuelles''' sont au '''cœur de la biopolitique'''

A l’état de nature, l’indépendance règne.

A l’état civil, c’est par le biais du contrat social que l’individu accède à de nouvelles libertés, celles du virginal citoyen.

A l’état civil bionumérique, c’est par le biais du contrat social bionumérique que l’1-dividu accède à de nouvelles libertés, celles du e-citoyen web 4.0.

Il ne s’agit en aucun cas de tenter un retour vers l’unique virginal état civil !

Cet état (nous l’avons déjà souligné) est un état hautement hypothétique…une fiction théorique…du seul fait de l’existence :

La méthode employée par J.J. Rousseau dans le Discours sur l’origine de linégalité s’appuie sur des raisonnements conditionnels :

Les murmures des champs ioniques des microsociétés schizophréniques et trisomiques s’inspirant de J.J. Rousseau et R. Barrett, nous demande de reconsidérer tout l’impact des lois relatives au droit civil bionumérique français, c’est-à-dire l’ensemble de règles d’administration bioélectronique qui déterminent le statut des citoyens français prothésés pour l’immersion haptique en environnement bionumérique, celui des biens ondulatoires, corpusculaires, qui le compose et celui des relations haptiques entre les 1-dividus privées, puisqu’elles expriment l’idée rationnelle :

  1. de liberté civile bionumérique ;
  2. d’égalité civile bionumérique ;
  3. de propriété de soi (propriété web 4.0, due au droit de premier occupant, maintenant fondée sur des titres positifs) ;
  4. de détention de l'autre (taux, temps, de détention web 4.0 par les entités naturelles locataires d’un 1-dividu, grâce à leur entités virtuelles, maintenant fondés sur des titres positifs) ;

de la justice.

C’est une instance supérieure qui doit, pour le législateur, jouer le rôle de modèle.

L’État-nation cybernétique schizophrenia garantit le droit au nom d’un idéal moral.

Comment la notion de service public à la française s’accorde avec les nouveaux modes d’administration bioélectronique émergeant ?

L’administration bioélectronique peut-elle se conjuguer avec les principes énoncés par les Lois de Rolland :

L’Administration bioélectronique a un coût plus qu’économique, tant pour l’usager que pour l’administration bioélectronique.

Les acteurs sociaux concernés doivent faire des concessions, dans une emprise spectrale haptique, pour qu’effectivement, les règles d’administration bioélectronique renforcent la Mutabilité, l’Égalité, la Continuité, devant le service public web 4.0.

En 2014 plus que jamais l’on commence à sentir :

que l’administration bioélectronique change sociologiquement, institutionnellement et juridiquement.

Observons que la lente révolution bionumérique, dans notre duale nation Française, est en marche depuis l’apparition de la bioélectronique (José Manuel Rodriguez Delgado ; Norbert Wiener ; Louis-Claude Vincent) depuis les années 1940. On peut penser qu’une grande majorité de la bourgeoisie Française, dans les domaines militaires et médicals, connaît, utilise en amateur ou télétravaille en immersion haptique pour l’environnement bionumérique, parfois même en l’ignorant. Mais il a fallu être patient avant que ces mutations socioculturelles profondes ne finissent, de manière inéluctable, par déclencher une nécessité de refonte des institutions administratives bioélectronique suite à l’émergence publique de deux groupes sociaux (vierge ; prothésé web 4.0) vivants imbriqués en toute (virginale commune ; cité bionumérique) dite duale cité Française.

Le nouveau mode de communication haptique a évidemment interpellé les autorités publiques de notre virginale République Française soucieuse de la sauvegarde de notre souveraineté nationale. On peut penser qu’en plus de 50 ans, des grandes familles web 4.0, dans le côté obscur de la force web 4.0, du groupe social prothésé web 4.0 émanant de notre virginal peuple Français ont rompu notre pacte social de notre virginale République et de ce fait sont devenu membres du proto-peuple web 4, où la force web 4.0 prime sur le droit, à même d’instituer le peuple web 4.0 de l’État-nation cybernétique schizophrenia, où le droit doit primer sur la force.

Il y a eu également un bouleversement sociologique avec l’abolition de la notion d’espace-temps qui a notamment réduit dans le monde du télétravail la frontière entre bulle domestique et bulle professionnelle (le fait d’être toujours « connecté »). Quid du respect donc du civisme ?

Et l’autre bouleversement, non sans conséquence est juridique :

La cybernétique évoluant de façon exponentielle (vitesse de calcul démultipliée, perpétuelle augmentation des débits des connexions) toute information bionumérisée circule de plus en plus facilement, rapidement et est traitée de façon quasi instantanée.

Cette révolution bionumérique a touché tous les domaines et a redéfinit les méthodes de télétravail dans tous les secteurs (télé-loisir ; télé-médecine ; … ; télé-surveillance).

L’information bionumérisée est accessible par tous, tout le temps.

Le secteur privé :

a su, malgré l’effondrement des valeurs socioculturelles Françaises, prendre une longueur d’avance.

Le service public :

est engagé dans cette révolution.

Mais l’usager Français n’en percevait que peu les conséquences (notamment sur sa part de souveraineté nationale), puisque, vers la fin des années 1900, les procédures d’investissement dans le virginal peuple Français, grâce aux régimes des substitutions de virginal citoyen en 1-dividu, restaient inchangées, seules les méthodes de télétravail des agents publics avaient évolué.

Dans cette première phase d’appropriation de l’outil web 4.0 par les fonctionnaires se sont développées dans un premier temps de manière un peu « anarchique » les tribus web 4.0 formées de familles web 4.0 du proto-peuple web 4.0. Mais, de façon étonnante, le développement s’est fait par la base sociale et non par les élites peu formées à cet outil et peu visionnaires (on se rappelle de l’« évocation » sur « le devoir du Prince » de l’ancien Président de notre virginale République française Nicolas Sarkozy !). Mais du point de vue de la sociologie administrative bioélectronique la révolution “Du secret à la transparence” ne venait pas du haut de la pyramide.

Ce décloisonnement a posé, pose encore en 2014, des problèmes d’instabilité politique nationale.

Mais, grâce à de nombreuses initiatives menées par les « amateurs » passionnés de DIYbio numérique, mais isolés sans leader, la société civile participe au maintient de notre dual multi-souverain d’une manière propre à prévenir des corruptions de gouvernement comme d’e-gouvernement et des pentes à dégénérer, ainsi qu’au bon équilibre de notre duale nation. Adhérant ainsi à l’œuvre des bons fonctionnaires Français qui accomplissent le devoir du prince.

Or, la reproduction d’« entités » administratives bioélectronique, multiples et fermées, de type tribale, telle qu’elles existent dans notre domaine réel, est incompatible avec la vocation des réseaux sociaux bionumérique qui est de constituer un maillage bionumérique de type État-nation cybernétique imbriqué dans le plan constitutionnel, notre virginale République.

En 2014, l’administration bioélectronique veut rénover son image, montrer aux usagers que rien n’est plus simple. En témoigne les politiques de communication autour des projets de télémédecine personnifié de la manière suivante :

Observons que :

La notion d’égalité devant le service public est prise en compte.

Observons le lancement de la campagne déploiement de la télémédecine d’utilité public, plan de formation gratuite au public, conférence Santé Connectée 2014, organisée par Les Échos, se tiendra le 18 septembre 2014 au Salon des Arts et Métiers à Paris, développement des espaces bionumérique publics. Bref, tous les usagers doivent pouvoir bénéficier des services publics offerts à distance.

Il semble donc que le principe de mutabilité de la Loi de Rolland, qui énonce que l’administration bioélectronique doit évoluer, soit en passe d’être respecté.

Observons que les règles d’administration bioélectronique permettrons à l’usager muni d’une interface neuronale directe d’avoir accès à des procédures web 4.0.

Les principe de continuité, de disponibilité, du service public sont ici palpables mais dans la limite juridique de la responsabilité des opérateurs et des usagers qui pose de nombreux problèmes de sécurité des transactions (offre web 4.0 ; demande web 4.0) preuve, confidentialité…

Comment ce changement s’est-il fait ? Je l’ignore.

Qu’est-ce qui peut rendre ce changement légitime ?

  1. Établir en droit la légitimité du pouvoir biopolitique.
  2. Établir en droit la légitimité du biopouvoir de souveraineté.

La construction commune :

sur Internet, peut-être ?

Je pense pouvoir résoudre cette question.

Si je ne considérais que la force web 4.0 d’un tenant (critère de référence déplacé du prédateur) l’effet qui en dérive sur l’aboutissant (critère de référence permuté de la proie) je dirais :

Car, recouvrant sa liberté, par le même droit, qui lui a ravie sa liberté de conscience, son libre arbitre, ou bien, il est fondé à reprendre sa liberté, ou bien, on ne l’était pas à lui ôter sa liberté.

Mais, la mise en ordre social bionumérique est un droit sacré qui sert de base à tous les autres droit.

Comme notre biopolitique ne vient pas de la nature !

Notre biopolitique est fondée sur des conventions.

Il s’agit de savoir quelles sont ces conventions.

Avant d’en venir là !

Je dois établir ce que je viens d’avancer.


Maybe a short explanation in english will help people to understand what this is? At first I thought that it is a spam attempt, but I’m unsure now. It seems like there is a copy of this text here http://fr.unkerneldesnanomondes.wikia.com/wiki/Th%C3%A8me_de_ce_premier_livre_num%C3%A9rique. So what is going on?

AlexDaniel 2015-02-03 05:11 UTC


Yes, It is a copy of my original text here http://fr.unkerneldesnanomondes.wikia.com/wiki/Th%C3%A8me_de_ce_premier_livre_num%C3%A9rique.

It is published in copyleft, Creative Commons Attribution-Share Alike License 3.0 (CC-BY-SA).

So what is going on ?

My text is inspired by the works of Jean Jacques Rousseau and Robert Barrett.

The basic idea is to co-construct a civil place to live, a civil life , legitimate and safe thanks to a co-construction of a proposed social contract Bionumerics translated into various languages.

The more we are to build a social contract Bionumerics more legitimate and secure the contract will be.

Is your community ready to play the legislative framework of telepresence on the hivemind?

If yes, then how?

CharlesTrojani 2015-02-07 15:57 heure de Paris, France

Hi Charles, welcome.


Hi MattisManzel, do you read french? Do you know the social contract of Jean Jacques Rousseau published in 1762?

Languages: