DynamiquesSocialesLogicielLibre

Cette page a démarré sur FreeSoftwareSocialDynamics

Pourquoi les programmeurs du LogicielLibre ne concentrent pas leurs efforts ? Ils devraient collaborer ! Et pour aller encore plus loin, pourquoi ne travaillent t’il tous pas sur le problème le plus important : mettre Getting GNU/Linux sur le bureau !?

La communauté open-source a besoin de pousser aussi peu d’automobiles que possible dans autant de directions orthogonales que possible. Si non, toutes les voitures seroint abandonnées. Développeurs wiki, contactez vos collègues en train de travailler sur d’autres wikis et unissez vos forces ! [1]

Parfois, on pressent que ces appels sont véritablement des reproches qui sous-tendent que les hackers sont soit trop stupides pour comprendre le besoin d’utilisabilité, de simplicité, de design propre, ou que les hackers sont aussi trop associaux, facétieux ou arrogants pour se soucier des utilisateurs.

Voilà ce que nous connaissons des dynamiques sociales au sujet du développement du logiciel libre :

Quand les papas et mamans demandent à leurs enfants de leur expliquer pourquoi ils passent tant de temps sur l’ordinateur, à écrire des programmes sans se faire payer, la réponse est complexe et requiert de deux minutes à une demi-heure. Comment expliquer l’InspirationMutuelle, la fierté de construire, le courant au moment de travailler sur des problèmes sournois, la résolution d’énigmes obscures, le sentiment chaud d’avoir vos vos amis près de vous même quand vous êtes seul devant l’écran ?

C’est difficile de communiquer. Seuls le font rarement quelques développeurs et d’autres personnes qui se croisent à une conférence ou une convention – des artistes, activistes, designers, avocats de l’utilisabilité, et des personnes intéressées pour briser nos corsets logiciels.

Parfois de nouvelles sociétés sont amorcées par des hackers. Dans un sens c’est le seul type de “communication” entre les geeks et les gens ordinaires : La plupart des personnes n’utilisent pas consciemment du logiciel libre. Le web, le mail, l’édition de texte et ainsi de suite arrivent généralement sur les bureaux des personnes via des logiciels commerciaux et propriétaires qui ont été démarré par des geeks. Le “Web 2.0” est parfois considéré comme “la descente en douceur”” de l’esprit de développement du logiciel libre dans des applications ordinaires.

Parfois le problème de ce manque de communication entre des utilisateurs ordinaires et les développeurs du logiciel libre est la compétence sociale. Si les utilisateurs manquent de talents relationnels, peu de personnes les remarque. Si les développeurs manquent de talents relationnels, leurs projets meurent et la collaboration ne se produit pas.

Pour accroître leur impact, les geeks forment des organisations. L’organisation les aide à attirer des fonds, et avec des fonds, du support à plein-temps et d’autres choses peuvent être achetées. Les organisations les plus simples sont constituées de travaillant sur un projet avec quelque sorte de présentation formelle, des processus communs étant formalisés, et du matériel dédié. Plus cela devient complexe en termes de processus et d’exigences (matériel, bande passante, représentation), plus les fonds sont exigés, et les fonds reposant sur une simple donation peuvent ne pas fonctionner suffisamment bien. Les schémas d’adhésion et les financements des entreprises ou des gouvernements sont requis. Quelques sociétés pourraient simplement donner plus d’argent, ou sponsoriser certains événements, mais d’autres peuvent dédier un ou plusieurs employés pour travailler à plein temps sur des projets sélectionnés, si le projet est critique pour la société.

S’organiser aide aussi les geeks à coopérer quand ils ont des objectifs plus idéalistes. Les processus formels les aident à développer des plans de route, des plans de sorties, des lignes de conduite pour le code et l’interface, etc.

Les MotivationsLogicielLibre? ont plus à voir avec les personnes qui migrent des groupes utilisateurs ordinaires vers le groupe des geeks.

Tags

DossierDiagramme

Discussion

Je pense que tu as frappé sur quelque chose, mais je pense que ça fonctionne bien plus en profondeur que ce que tu as écrit plus haut !

J’ai rencontré une tonne de vieux activistes old school a l’EvolutionarySalon, et le fossé entre les activistes pré et post Internet est énorme.

Les “old school” parlent tous de s’unifier et de remettre le pouvoir dans un centre.

Les gamins (comme moi-même) ne sont que du réseautage. Nous entendons les choses dont parlent les types plus vieux, et nous disons : “C’est dingue !” Tu ne sais pas qu’il y a déjà 10 groupes déjà en train de travailler sur ce dont vous parlez ?” Il ne l’entendent même pas. Ensuite je comprends pourquoi nous avons le DilemmeGrandesOrganisations (LargeOrganizationsDilemma) ; elles ne peuvent littéralement pas comprendre (sans beaucoup de 1-on-1) comment nous travaillons, comment nous parvenons à très bien travailler.

Pour être sûr, il y des choses valables et importantes ici. Mais la concentration sur le réseau est proche de zéro.

Alors que les projets Logiciel Libre sont extrêmement maillés.

Ceci aboutit à des stratégies d’organisation radicalement différentes.

Dans les camps, c’est juste imaginé de la sorte : “Nous fournissons un service. Cet espace de réunion est tel que vous pouvez faire ce que vous faite le mieux.” Dans le monde de l’ancienne école, si vous avez fourni un espace, c’est sous l’hypothèse que vous allez calculer comment vous contribuez directement à un ordre du jour spécifique partagé avec le gestionnaire de l’espace. (Le salon evo était entre ces deux perspectives, penchant au centre.) Ceci dit, ce n’est pas un modèle de “réseaux et services”.

Epoustouflant, tout spécialement quand vous imaginez que le thème de l’événement était : “Catalyser l’intelligence collective et la créativité sociale.” Cela m’a pris plusieurs jours pour savoir simplement que tout le monde pouvait simplement ne pas comprendre comment nous faisions les choses dans la communauté hacker.

C’est pourquoi vous obtenez des choses comme les sessions sur "How Hackers Collaborate."

Mais pour être juste : La manière dont nous collaborons n’est pas possible sans les technologies de communiation que nous avons. Quand vous être simplement coicé dans une ville avec une poignée d’autres personnes, et sans pages web, le réseautage collaboratif est super-difficile.

Voir aussi : http://news.bbc.co.uk/2/hi/technology/4683385.stm & http://www.rand.org/pubs/monograph_reports/MR1382/index.html

En fait, je soutiendrai les faits suivants :

  • Hackers sont tout à propos de l’utilisabilité, de la simplicité, du design lisse.
  • Expliquer comme les fonctions GnomeHig? [1], comment les distributions fonctionnent comme des portiers, le niveau d’intensité de la motivation se produit par des groupes pour rencontrer les lignes de conduite, le niveau d’intensité de leur désir d’être inclus dans les distributions.
  • Le côté “associal, facétieux, arrogant” est si vieille école. Quand il y a ces types de personnes, il y a d’autres personnes qui fonctionnent comme une interface pour cela. C’est une chose SantéGeek.
  • Pointer vers le projet OpenUsability? [2] et le projet KdeUsability? [3].
  • Nous sommes en train de conquérir le bureau. Travaillant sur une société de migration Windows-Linux, ceci est tout à fait clair en ce qui me concerne. La Chine n’est pas une petite négociation. Ni l’Amérique du Sud.
  • Nous sommes en train de conquérir le bureau. Mais cette chose là est toute entrelacée. Les idées et bénéfices se répandent dans tous les secteurs. Les programmeurs de bureau aident les programmeurs serveurs et vice versa. Si vous travaillez sur Python, vous aidez les efforts de bureau. Et ainsi de suite.
  • Cela se découvre en évoluant, cela fontionne de façon opportuniste. comme une véritable résolution de problème. C’est l’approche “try a ton of stuff, and then take advantage of the few things that work really well”. Et cette histoire-là est cachée dans ton diagramme. C’est là où le truc “oh, wow, regardez ça !” rentre.

Si tu essayais de planifier tout cela, tu échouerais. The waterfall will not work.

Ce qui devrait fonctionner, je pense est un projet de PlanDeRouteCybernetic? 1, si le plan de route semi-conducteur est quelque chose comme ça. Et il existe beaucoup de signaux qui disent qu’ils sont comparables. Des tonnes de projets dans différents secteurs, connectés, fonctionnant vers à peu près les mêmes types d’extrémités (mais non monolithiques, pas les mêmes), ds territoires inconnus, des coûts et bénéfices inconnnus, beaucoup de recherche, yadda yadda yadda. Cela ressemble au Logiciel Libre selon moi.

Bon, je dirais simplement un peu plus que : “Non. Nous travaillons simplement sur ce que nous voulons faire.” Ce peut être vrai, mais l’ensemble de tous ces “ce que vous voulons sont des résultats dans un processus qui soit de confiance. Mais vous de ne donnez pas cette impression-là, si vous dites : “Nous travaillons simplement sur ce que nous voulons”.

Je suppose que je suis old school. :) En tant qu’auteur Oddmuse, l’écho de mes utilisateurs, sur #wiki ou #oddmuse et via mail est la chose la plus fantastique qui m’arrive. Les geeks collègues qui aident à traduire le manuel et écrivent leurs propres extensions vers Oddmuse – fabuleux ! Voilà d’où vient ma motivation. Ceci veut dire que je ne me soucie pas simplement suffisamment de ma mère et de mon père pouvant installer et faire tourner leurs propres wikis. (Néamoins j’essaye de faire de cela mon objectif…)

Tu as dit que les hackers se soucient de l’utilisabilité, de la simplicité et du design lisse. Et je suis d’accord avec toi. Mais le reproche est encore là, par exemple toutes les attaques sur la syntaxe wiki sont généralement formulées en ces termes. Aussi, ici nous avons des costumes de vieille école nous accusant de manquer de quelque chose dont nous croyons que nous en avons beaucoup. Pourquoi ça ? C’est la raison pour laquelle j’utilise le diagramme : Le point est qu’ils ne parlent pas. Les costumes produisent des exigences, que les geeks ignorent. Les costumes répandent tout un ensemble de négativité, que nous ignorons en écoutant même encore moins. Les geeks finissent par ne plus même jamais écouter quand les costumes ont raison, ou sont intéressants ou les deux à la fois. C’est là le point que j’ai essayé de produire avec le diagramme.

Le diagramme ne dit pas si les geeks ou les costumes se soucient de la simplicité. Le diagramme dit vraiment que les utilisateurs se soucient de cela, mais qu’ils ont beaucoup de difficultés à communiquer avec les geeks. Et les costumes ne communiquent même pas. Ils vendent simplement et contrôlent. Ainsi basiquement, les utilisateurs ordinaires sont laissés à leur propre sort. Des gens comme mes parents. Je ne compare pas les utilisateurs Emacs ordinaires qui parlent dans les newsgroups, là où le cercle extérieur du développement Emacs se retrouve, qui influence par la sutie les formes de discussions qu’a le cercle interne sur la liste de diffusion emacs-devel, qui est lu pour finir par le mainteneur. Je parle des types d’utilisateurs comme papa et maman. Ils ne lisent même pas suffisamment bien l'anglais pour lire un manuel ordinaire.

Basiquement, le seul input véritable que les geeks obtiennent vient des nouveaux venus – les simples utilisateurs précédents qui se transforment en petits geeks – et leurs geeks collègues. Le diagramme ne dit même pas ce qu’est et ce que n’est pas le logiciel libre : simple ou complexe, obstiné ou non, flexible ou archaïque. Nous ne savons pas. Tout ce que nous savons est que quelle que soit la satisfaction que les geeks ressentent souvent entre eux, les costumes, mamans et papas l’ignorent complètement.

Je ne suis pas en train de dire que c’est vrai ou faux. En un sens, je comprends pourquoi c’est ainsi. et je pense qu’il y a pas beaucoup de choses que nous puissions faire. Je pressens que tout ce discours à propos des plans de route sur l’interface humaine, et avant cela, toute la discussion à propos de la conquête du desktop – tout ce planning stratégique a été descriptif au lieu d'être prescriptif.

Je prétends que personne qui ne s’est pas soucié du sujet des desktops a commencé à travailler sur les desktops parce qu’il a lu quelque part que GNU/Linux devrait gagner gros sur les desktops. Je prétends que cela ne fonctonne pas de la sorte. Seulement quand les geeks collègues ont commencé à admnrer d’autres geeks pour avoir travaillé sur des interfaces lisses, des librairies propres, des trucs cools sur la GUI – alors seulement les choses changent. Et quiconque a continué à écrire les articles que les geeks devraient faire ci ou que les geeks devraient faire ça, – ils n’y sont tout simplement pas parvenus.

Bien, attends ; je n’achète pas ça : Il existe des chemins de commnication entre les “normaux” et les “geeks.”

Quand j’étais à WikiSym, j’ai observé deux thèmes distincts essentiels :

  1. Le Spam doit mourir.
  2. WysiWygWiki?.

Il y avait beaucoup de “normaux” là bas, et les geeks étaient très réceptifs ; plusieurs avaient WysiWygWiki?, et ils étaient des stars pour ça. Il était clair que les utilisateurs appréciaient, voulaient ça, et l’exigeaient.

Et à RecentChangesCamp, il y a eu beaucoup de conversations entre les geeks et les normaux.

Nous approchons le Penguin Day ici à Seattle. Complètement orienté sur la connexion entre geeks avec des activistes (non orientés tech) et leur montrer comment ils peuvent utiliser Linux, Drupal, etc., etc.,. Cette conversation est en train de se dérouler.

Tu l’as en sorte décrite comme si la chose essentielle dont se préoccupent les geeks, est de savoir quels autres geeks sont intéressés. Ceci fait très peu de sens pour moi, d’après mon expérience de vie.

  1. Je pense que REST craint, parce que les arguments derrière lui sont horribles.
  2. Je pense que le WebSémantique? est cool, du fait des choses fabuleuses qu’il peut faire.
  3. Je pense que le WikiProgrammableParLaCommunauté est génial, je vois le chemin vers le PervasiveProgramming?.
  4. Je pense que le WysiWyg? est fabuleux, parce qu’il facilite les choses.
  5. Je pense que résoudre le RoutageContenu? est génial, définitivement pas du fait que quelque geek pensait que c’était populaire, mais parce que cela résolvait un problème super-important.

Et je ne comprends pas l’argument concernant le HIG. No HIG, No GNOME. C’est aussi simple que - vous ne pouvez pas concevoir une InterfaceUtilisateur en une spécification qui n’est pas là, et puis faire qu’elle sorte et concorde bien avec les autres interfaces utilisateurs des gens. Vous savez ça. Le HIG n’est pas descriptif ; il est clairement prescriptif. Je veux dire,what about it isn't perscriptive? This is pretty nitty gritty instruction!

Tu veux savoir comment j’en suis venu ici ? Pas parce que d’autres geeks pensent que c’est cool. Si je voulais faire quelque chose de cool, j’écrirais de l’AJAX ou ferais des projets électroniques pour Make magazine ou quelque chose comme ça. Non, je fais ça parce que c’est stratégique. Parce qu’après avoir passédeux ans de recherche sur les mouvements des communs et des coops, parce que cela me semblait être la seule alternative aux cruautés du capitalisme, j’ai réalise que l’avenir était une force menaçante dont moi et la plupart des gens n’ont aucune idée, et j’ai aussi réalisé simplement l’importance essentielle des systèmes de communication et d’intelligence. J’ai commencé à réaliser que l’avenir émane de toutes ces choses et j’ai réalisé que le travail sur le Logiciel Libre pouvait être une des choses les plus Démocratisantes possible. Bien sûr il existe des zillions de raisons et impulsions, mais quand la morale joue le gouvernail sur les autres impulsions, c’est la façon dont cela se déroule dans mon esprit.

Je suis d’accord : il est mal conseillé de dire : “les Geeks devraient tous faire ci,” ou “les Geeks, devraient tous faire ça -” c’est vraiment mal conseillé. Mais je pense qu’il est aussi mal conseillé de dire : “les Geeks font simplement tout ce qu’ils pensent être cool.” Si les geeks admirent les interfaces lisses, les librairies propres et les GUI cools, il y a une raison à cela, et c’est une raison qui va bien plus profond que simplement le “style”. Il y a une puissance profonde dans l’interface lisse, la libraire bien organisée, la bonne IU, et les grands outils.

L’iPod peut être hip, mais il est aussi génialement fonctionnel. S’il n’était pas fonctionnel, ce ne pourrait pas être un hip.

Eh, … je me sens trop énergique, comme si je parlais quand je devrais être en train d’écouter.

Je suis désolé ; je vais relire ça plus attentivement…

J’aime la nouvelle image ! elle est si vraie, les parents (et beaucoup d’autres) sont tant comme “boil it down for me”, “qu’est ce que c’est ?” et je commence à dire, “bien c’est open source, collaboratif…” et leurs yeux sont déjà en train de briller sur ….

Je pense que l’image ne modélise pas la réalité.

La question est, pourquoi les gens préférent travailler sur leurs propres visions au lieu de chercher la collaboration.

Il peut y avoir beaucoup de réponses, quelques-unes me viennent immédiatement à l’esprit :

  • La collaboration est ennuyeuse, vous avez besoin de quelque consensus, plus vous êtes jeune, moins vous êtes désirable. (INCAPACITE)
  • Je veux avoir mon propre royaume, où je suis le chef, “suivez moi les mecs”. Mieux un roi dans le fantasme qu’un ministre ou un officier dans la réalité. (EGO)
  • Ne me touchez pas par vos réactions ou vos critiques. Dans mon propre bac à sable, d’autres ne pourront pas me blesser. (PEUR)

Tout ceci n’est pas spécifique au développement logiciel ou aux geeks. Vous trouverez cela dans les projets politiques alternatifs aussi bien que dans les wikis. Probablement partout. Pourquoi est-ce que les professeurs et les écoles ont même tant de mal à collaborer ? Des anti-modèles psychologiques.

Je trouve complètement intéressant que l’image ait réussi à révéler trois points de vue totalement différents dans un secteur que je pensais comme sans cervelle. :) a Chacun d'entre nous a un point de vue différent, fondé sur l'introspection et le cursus personnel, et chacun d'eux "sonne juste".

Je me demande que faire de ça. Peut-être que je devrais agrandir le diagramme dans des directions que je n'ai pas personnellement expérimentées moi-même. Par exemple, je n’ai jamais vus les trois anti-modèles organisationnels d’Helmut. Je ne les vois pas en moi-même et ne les ai pas vus chez les autres. Mais je peux imaginer que cela se passe dans quelques projets, et je pense que je devrais immédiatement éviter ces projets, ne jamais penser trop à eux, peut-être simplement noter l’arrogance des mainteneurs. Véritablement, maintenant que j’y pense, je me souviens au moins de deux, non, trois projets qui avait le problème d’égo.

Bien sûr, je serais moins enclin à trouver les projets de mainteneurs avec le problème de la peur, parce qu’ils ne publiciseraient pas leurs projets, ou n’inviteraient pas aux réactions. Ceux incapables de trouver le consensus bifurqueraient au loin des projets dans lesquels je suis impliqué, aussi perdrais-je le contact de toutes les façons. Et oui, maintenant que j’y pense, deux ou trois bifurcations me viennent tout aussi bien à l’esprit.

En tout cas, j’ai ajouté quelques trucs auxquelles je pensais sur la gauche – simplement quand les nouveaux venus passent des “autres personnes” à geeks, de telle façon que les geeks peuvent passer aux costumes. J’ai aussi ajouté des trucs fondés sur les commentaires d’Helmut à droite : Les aspects négatifs (“échecs de geeks” pour dire ainsi).

Pour représener le fait que les geeks et les gens ordinaires se parlent de temps en temps, j’ai ajouté une flèche au milieu.

J’aime ça !

Mais j’aimerais y ajouter deux choses :

  • Un chemin de transition, à partir du “petit geek” vers le “geek”, (peut-être étiqueté : “Temps, Etude, Construction et Conversation,”)
  • … et puis je pense qu’il y a des besoins de quelque reconnaissance des organisations énormes que forment les geeks telles que :
    • la Fondation Apache et toutes les myriades de sous-projets
    • le W3C
    • l’IETF
    • le projet KDE
    • le projet GNOME
    • …etc., etc.,.

Je ne sais pas comment tu représentais ceux-là dans le digramme ; peu-être comme un ensemble de graphes avec des groupes de noeuds ronds bordés de pointillés ou quelque chose comme ça. Je positionnerais une partie de ce réseau entre le business et les geeks, et quelque partie entre les geeks et les “petits geeks”. En réalité, plusieurs les traversent tous, (tel que le projet KDE) mais je suppose que ce sera difficile à dessiner.

Le point est : “Ce n’est pas un “gros fouillis désorganisé d’individus de micros-groupes.” Il y a véritablement des promesses et des plannings là-dedans.

Je souhaite aussi qu’il y ait un espace pour les designers, artistes, etc., parce que nous nous tirons nous-mêmes dans le pied pour les exclure.

Il me semble qu’il y a ici deux questions distinctes :

  • Pourquoi les geeks ne travaillent pas tous sur les projets qui sont les plus “importants pour les utilisateurs finaux/utiles et productifs”, par exemple la facilité d’utilisation du bureau pour GNU/Linux ?
  • Pourquoi les geeks ne collaborent pas plutôt plus que d’avoir des projets séparés ?

Ces questions sont rattachées (si les geeks sont simplement anti-collaboratifs par nature, ce qui explique pourquoi il ne parviennent tous pas à travailler sur un gros projet de bureau GNU/Linux) (s’il existe tant de projets différents “valables” parce qu’il y a des geeks, qui explique pourquoi ils ne travaillent pas tous sur les projets les plus “importants” ; parce qu’ils SONT tous en train de travailler sur les projets les plus importants, mais ceci explique aussi pourquoi il n’y a pas beaucoup de collaboration comme vous pourriez vous y attendre), mais ce ne sont pas les mêmes.

  • L’argument d’Alex : “Les Geeks ne reçoivent seulement du feedback que de la part des autres geeks – personne ne rejoint un projet libre de bureau parce qu’ils lisent un article disant que les bureaux libres étaient “importants pour les utilisateurs finaux” adresse la première question mais pas la seconde.
  • L’argument d’Helmut “Je veux avoir mon propre royaume, où je suis le chef” adresse la seconde question, pas la première.

Le diagramme à cette heure est bon, mais je pense aussi qu’il est mort.

Ce que veux dire par là : je pense qu’il représente la façon dont les choses ont été, pas comment elles devraient être (et le seront probablement).

Ce qui veut dire : il est intensément centré sur les programmeurs et a moins de choses flatteuses à dire à propos des non programmeurs.

Que les artistes soient attirés vers là pour le l’image et la dorure, je pense que c’est une proposition vague pour la communauté du Logiciel Libre.

Je pense qu’il existe un espace solide pour une division de rôles et un espace solide pour les coordinateurs de projets qui ne sont pas des programmeurs.

Je pense que les efforts bénévoles cesseronts d’être appelés “Free Software projects,” et plus “projet Culture Libre,” ou quelque chose comme ça.

La seule raison pour laquelle les programmeurs sont venus les premiers, est du fait que c’est une lance historique : Ils étaient les premiers à gérer le logiciel de réseau quand les premières choses se sont connectées et de ce fait étaient les premiers à découvrir cette EconomieCybernétique particulière.

Véritablement ce que j’essayais de dire dans mon diagramme original était combient il était difficile de communiquer - entre entreprises, enthousiastes et gens ordinaires. Et je pressentais que c’était avéré pour tout type d’enthousiasme. Tout simplement comme un alphiniste professionnel a du mal à expliquer à sa famille ce qu’est que d’aimer grimper, tel est un activiste du logiciel libre ayant du mal à expliquer ce que ça concerne.

Mais je semble avoir du mal à expliquer tout ce que ça représente. :'(

Yay ! J’aime le nouveau. :) Ce diagramme va grandir jusqu’à ce que tout le monde dans le monde soit dessus, mais dans une plus grande résolution que celle existante dans la vraie vie. hehehehe !

Un jour, nous pourrons voir les diffs et animations sur les modifications du graphe…:) Je me demande si produire plusieurs petits graphes serait mieux… je travaille sur mes propres versions…

Idée intéressante. Quelqu’un devrait le prendre aux typex d’Inkscape, parce que basiquement il est possible de faire une diff entre les fichiers SVG et afficher les trucs qui se sont faits retirer dans une image, et les trucs qui ont été ajoutés dans une autre image. Puis tout ce dont nous avons besoin de produrie est d’avoir un moyen pour générer ces deux images à partir de la ligne de commande, et nous pourrions l’inclure dans Oddmuse. :)

Plusieurs petits graphes… Je ne sais pas. Comme je le disais avant, j’aime les graphes complexes.

Véritablement, tout ce dont vosu avez besoin est d'un programme de diff XML, n’est ce pas ? Bien, un peu plus comliqué que si vous voulez n’afficher que les modifications.

Voici xmldiff, qui est GPL et Python.

BryceHarrington? a fait une démonstration englobant du texte dans un cadre gabarit SVG lors du RecentChangesCamp.

C’est une belle idée et vous pouvez trouver différents usages pour ça, comme produire un gabarit graphique structuré, et puis permettre aux personnes de mettre du texte dedans à partir du wiki. Ainsi vous obtenez ces jolies bases de données affichées où les gens peuvent éditer soit la présentation ou les données le nourrissant.

J’ai écrit une fois un programme qui extrayait le code source Python qui était encapsulé dans un document SVG produit par InkScape.

(Lion diverge de plus en plus …)

(complètement à côté, la barre latérale produit ma visualisation diff, ma vue édition et toute chose avec des images descendent sru la page, sous la barre latérale)

A propos des diffs image : mon collègue de maison est en train de faire de la remodélisation. Nous avons pris un architecte pour nous aider à avoir les permis de la part de la ville. Nous nous attendions à ce qu’il dessine l’“existant” et le “futur” mais à la place, ils a dessiné “démolition” et “construction.” La démolition a montré ce qui allait être retiré et la construction a montré ce qui allait être ajouté. Les deux avaient tous les murs et les trucs pour le contexte. C’était cool. :-)

A propos de la traduction


LangueFrançaise PageTranslation FreeSoftwareSocialDynamics

Footnotes:

1. CyberneticRoadmap?

Define external redirect: BryceHarrington PlanDeRouteCybernetic OpenUsability GnomeHig KdeUsability RoutageContenu CyberneticRoadmap MotivationsLogicielLibre WysiWygWiki WebSémantique WysiWyg PervasiveProgramming

EditNearLinks: InterfaceUtilisateur LogicielLibre

Languages: