InvestissementWebDeConfiance

Cette page a démarré sur InvestmentWebOfTrust Copiée à partir d’un commentaire de ThomasKalka sur la page CommunityWikiBank :

Pour diminuer la surcharge d’information des dépositaires, CWB pourrait établir un web de confiance (et aussi de “réviseurs professionnels”). Je donne mandat à quelqu’un en qui j’ai confiance (peut-être sur un sujet spécifique), à prendre toutes les décisions pour moi (pour un montant maximal). Par conséquent, le web de confiance entre nous établira le conseil de direction, qui pourrait être différent pour n’importe quel projet.

Thomas, je pense que c’est une idée brillante. Une sorte de DémocratieLiquide pour produire des décisions d’investissements. Comme tu le suggères, ce pourrait être mis en oeuvre de façon complètement décentralisée. Et il semble que cela résolve quelques choses que je vois comme inefficaces dans notre système économique actuel :

  • Même si vous avez une idée pour démarrer un nouveau business, personne ne veut quitter son emploi quotidien jusqu’à ce qu’il ait pu obtenir ce premier morceau de capital d’amorçage ; mais c’est dur de recevoir de l’argent de la part des capitaux-risqueurs à moins que vous n’ayez pris le temps de leur tourner autour et de leur présenter. En d’autres mots, je pense qu’il existe le problème de la poule et de l’oeuf au tout début du processus de recevoir de l’investissement pour une startup qui empêche beaucoup de startups potentielles de véritablement démarrrer.
  • En tant qu’investisseur qui en connaît un peu sur la technologie, mais qui n’a pas beaucoup d’argent, j’aimerais investir dans des startups tech “au rez de chaussée”, ce qui veut dire que j’aimerais investir mes économies personnelles dans des startups technos qui sont tout juste en train de de démarrer, celles qui sont fondées sur des technologies dont peu de personnes ont entenu parler sauf les techies, mais en lesquelles j’ai personnellement de grands espoirs. Je ne veux pas attendre jusqu’à ce que la société soit suffisamment grosse pour l’avoir sur le NASDAQ ; ensuite que la “nouvelle technologie” dont personne n’a ou n’aurait entendu parler ne sera plus inconnue – de quiconque et mon “avantage compétitif” en tant qu’investisseur (connaissance me permettant d’avoir une meilleure évaluation de quelles sont les technologies de rupture qui seront utiles) ne seront pas placées à bon escient. Mais je ne peux pas être moi-même un capital risqueur parce que je n’ai pas suffisamment d’argent.
  • Ton système permettrait à de grands blocs de “gens ordinaires” de mettre en commun leur argent pour fonder des nouvelles affaires. Mais à la différence de l’industrie du capital-risque d’aujourd’hui, là où les capitaux-risqueurs professionnels produisent toutes les décisions et là où l’intelligence et la connaissance des investisseurs qui confient leur argent au fonds sont mis au rancart, votre système permettait à la connaissance de tous les participants d’avoir un effet.

Formaliser et automatiser un système de passation de rumeur (“J’ai un ami qui a rencontré ce type avec une bonne idée pour le business dans lequel vous pourriez aimer investir”) pourrait simplement faciliter suffisamment les mots sur les bonnes opportunités d’investissment pour se répandre suffisamment fort et vite pour véritablement obtenir suffisamment d’argent pour démarrer de nouveaux business.

Je suggère que les “middle-men”, les gens qui ne démarrent ni un business ni n’investissent mais qui passent simplement le mot, soient aussi compensés, à travers quelque type d’“honoraires de trouvailles” ou d’honoraires de publicité. Par exemple, peut-être que les propriétaires de ceux qui aimeraient monter des nouveaux business disent à leurs amis “si tu m’amènes de l’argent de l’investissmenet, je te redonnerai 0.1%” ; et que les investisseurs en herbe diront à leurs amis quels sont les idées d’investissements en lesquelles ils ont confiance. , “si tu me ramènes une opportunité d’investissement, je te redonnerai 0.1%”. Et bien sûr, l’ensemble du système est transitif, ainsi A pourrait entendre parler d’une idée et la référer à B qui la référerait à C qui investit dedans, dans le processus de payer à B un petit montant, qui ensuite paye à B une proportion de ce montant. Ceci pourrait être bien sûr complètement automatisé, de façon à ce que personne ne doive faire quelque comptabilité.

Notez que vous ne devriez pas vous “engager” à investir dans tout ce que vous raconte votre ami, les yeux fermés ; vous dites simplement que vous avez l’intention de critiquer ses suggestions.

Compenser les intermédiaires leur donne un incentive pour qu’il prenne le temps de garder un oeil sur les opportunités d’investissement, de les connaître et de les vendre/les expliquer pour les remonter vers les investisseurs qu’ils connaissent.

Les personnes n’essaieront pas de “shunter l’intermédiaire” parce que l’unique personne à laquelle il paye une note d’honoraires est leur ami de confiance ; l’intermédiaire suivant en bas de la ligne est un ami du premier intermédiaire, etc, ainsi personne n’essaiera de court-circuiter qui que ce soit (et si quelqu’un shunte vraiment, c’est de sa propre faute d’avoir fait confiance à son ami pour le payer). Les avantages pour l’économie en général si l’idée fonctionne sont :

  • Plus de startups créées, parce qu’il devient plus facile d’obtenir ce premier ticket d’amorçage pour la fondation
  • L’argent est investi plus intelligemment, parce que plus de connaissance des personnes de ce qui pourrait être une bonne idée d’investissement est mise en usage.

Un moyen plus simple d’améliorer la fondation de startups serait d’avoir une sorte de “marché d’action” à faible coût d’idées de startup, même avant que la startup ne soit créée, et dans lequel les juriste s’assurent avec soin que personne ne fasse quelque promesse à quiconque d’autre et qu’aucun argent ne change véritablement de main à moins/jusqu’à ce qu’une société réelle soit créée (par ex le marché d’action permet simplement aux propriétaires d’entreprises en herbe d’acquérir une liste de noms des personnes qui veulent probablement les aider à les amorcer, et pas véritablement démarrer le business à moins que la liste ne devienne suffisamment longue).

Mais remarquez que l’idée de Thomas n’est pas limitée aux startups ; vous pourriez utiliser aussi ce système comme un moyen de faire circuler des trucs d’investissement sur les marchés existants. Si l’un de vos amis qui connaît suffisamment le marché de la santé pense que l’action X (qui est une société de santé ; une industrie que vous connaissez peu) est vraiment vraiment un bon achat, vous voudriez le savoir, non ? Un système informatisé facile à utiliser pour passer les trucs, mixé avec un petit incentive pour votre ami, pourrait vous assurer qu’il ou elle fera une priorité de prendre le temps de vous en parler. Opposez cela à la situation actuelle, dans laquelle vous n’entendrez parler d’information utile de vos amis que si la conversation en vient à tourner un jour autour des actions sur le marché de la santé.

P.S. Vous pourriez appeler ça le “marketing multi-niveau pour l’investissement”

P.P.S. Je pense que ce pourrait particulièrement bien fonctionner dans l’industrie de la musique, c’est à dire un processus pour créer de nouveaux groupes ; parce que le réseau de personnes intéressé dans un type particulier de musique est généralement un réseau social, et les gens sont déjà heureux de parler à leurs amis d’un nouveau groupe qu’ils ont découvert. Certainement, les fans de ce genre particulier de musique seraient les plus à même de distinguer les nouveaux groupes de qualité qu’un représentant de commerce dans un label de musique. Par conséquent, ces fans sont les meilleures personnes pour décider sur quels groupes investir. Par conséquent, les fans devraient directement fonder les groupes – du fait de leur expertiser, ils pourront récolter un meilleur ROI d’investissement dans les nouveaux groupes que ne le font les labels des maisons de disque. Les groupes bénéficieront de cela parce qu’ils ont plus de contrôle (étant moins dépendant des labels pour lever du capital). Les fans en tirent profit parce qu’ils gagnent de l’argent de leur expertise.

On pourrait utiliser cela pour aider aussi à surmonter le problème de la propriété intellectuelle ; peut-être que chaque CD viendrait avec quelque chose comme une “part d’action” dans le groupe ; vous pouvez copier le CD de votre ami mais alors vous ne pourriez pas participer en tant que nouvel investisseur.

Bien sûr, il existe quelque publics qui penseraient que mélanger de l’argent avec la musique ne serait pas cool (et qui ne ressasseraient pas trop sur la quantité qu’ils ont déjà mélangée dans le status quo, généralement une manière qui blesse les petits groupes et aides les grands labels).

Première traduction à relire d’une contribution de BayleShanks qui m’a amenée à poser les premières briques sur InvestmentWebOfTrust d’une idée à valider de FondsInvestissementGouvernéParCommunautéWiki? assorti de son ProcessusDeRaffineriePublique. De mon point de vue (limité en finances), je trouve néanmoins vraiment stimulantes toutes ces mécaniques financières déposées ici récemment - et notamment la CommunityWikiBank - dans notre futur rapport à l’argent. Pourront t’elles être crédibles et forces de proposition pour stimuler en France et ailleurs le réveil de petites Entreprises 2.0 ? Belle occasion pour nous faire rebondir sur le DilemmeGrandesOrganisations ? Une chose est sûre : ce ne sont pas les projets à amorcer qui manquent, mais bien l’argent. Je ne peux qu’être d’accord avec Bayle sur la difficulté d’aller chercher de l’argent. Un vrai métier à plein temps qui amène beaucoup trop d’entrepreneurs à faire avorter leurs projets ou vivre des démarrages pénibles pas loin de la paupérisation. Toutes vos réactions et CritiqueCollaborative sont naturellement les bienvenues.


LangueFrançaise PageTranslation InvestmentWebOfTrust

(CommunityWikiFooter)

Define external redirect: FondsInvestissementGouvernéParCommunautéWiki

EditNearLinks: CritiqueCollaborative

Languages: