JustificationDuCopyright

Le Copyright aux USA [1] est justifié par l’amendement suivant à la constitution :

Pour promouvoir le progrès de la science et des arts utiles, en sécurisant durant une période de temps limitée les auteurs et les inventeurs le droit exclusif de leurs écrits et découvertes. [2]

L’intention originale du copyright, était par conséquent d’encourage les auteurs à contribuer plus – pour promouvoir le progrès dans des arts utiles !

Réciproquement, beaucoup croient que partout où les auteurs peuvent ne plus produire de nouveaux travaux parce qu'ils sont morts, ou que partout où les auteurs contribuent librement comme sur un wiki, le copyright est utilisé là où l’on n’avait pas prévu de l’utiliser.

Lisez également : CopyrightTrap, MickeyMouseAct?.


Notez que c'est tangent à la question du CopyLeft. Une fois que nous avons le copyright, nous pourrions aussi bien l'employer pour empêcher quelques égoïstes de prendre notre travail, de le modifier et de ne pas contribuer en retour pour la communauté. La raison pour laquelle il n’y a pas de contribution en retour est que leur modification est protégée par copyright. Ainsi nous nous assurons que notre travail est également protégé par copyright et que cela leur permet seulement de distribuer des travaux dérivés, si nous pouvons à notre tour distribuer des travaux dérivés basés sur les leurs.


Que voulez-vous dire "sur un wiki ?" Quelle sorte de wiki ? De la documentation produit pour un projet OpenSource ? WikiAsPIM ? Forum de discussion forum ? Pattern repository ? http://www.nbtsc.org/wiki ? Qu’en est-il pour une newsletter d’église ? Mon journal personnel (sur papier) ? vous pourriez tout aussi plein remplacer "un wiki" avec toute autre chose.


Les copyrights n'ont pas été conçus pour encourager les auteurs à contribuer. Ils ont été pensés pour leur donner un levier afin de recevoir une valeur en retour de leurs travaux. Valeur proportionnelle à la valeur qu’ils avaient placée dans le travail.

Je n’en sais pas plus sur les premiers copyrights distribués par la reine d’Angleterre, mais la lecture du livre de LawrenceLessig me laisse croire que vous avez tort. Le copyright essaye de trouver une balance entre deux équilibres :

  1. le public veut tout le contenu soit disponible sans restrictions
  2. le public ne veut pas que les auteurs cessent de produire de nouveaux travaux.

par conséquent nous avons seulement besoin de copyright dans le cas où les auteurs sont sur le point de cesser de produire de nouveaux travaux. Telle est la raison pour laquelle je crois que la situation actuelle du copyright est pervertie dans de bien nombreuses situations.

Pour donner des exemples contradictoires évidents, les sociétés ne doivent pas libérer leur code source ou leurs plans d'usine, mais elles peuvent les protéger des fuites par la loi du copyright. Le copyright peut encourager la contribution au domaine public mais seulement indirectement. Il fournit seulement un levier aux auteurs pour récolter la valeur économique de leurs travaux. Ceci peut concerner l'édition, mais il ne le fait pas nécessairement. La valeur peut venir seulement de la capacité à tenir l’information secrète et elles ont le pouvoir de le faire.

Les brevets d'autre part encouragent explicitement des auteurs à contribuer. Ils ont été spécifiquement créés pour encourager des personnes à éditer des secrets commerciaux.

Les copyrights sous la convention de Berne (BerneConvention) sont également censés contrôler l'écriture personnelle non appropriée à la consommation publique, tels que les journaux intimes personnels. Aux Etats-Unis, les journaux intimes personnels étaient dans le domaine public jusqu'en 1978.

La convention de Berne BerneConvention limite également les dérives pour prévenir les atteintes à l'honneur et à la réputation de l'auteur original. Ce droit est inaliénable. Les travaux de CopyLeft doivent toujours traiter leurs sources avec le respect, même s’ils nourrissent l’illusion que vous pouvez faire autrement. (cf. EviterIllusion - AvoidIllusion)

Je ne nourris pas cette illusion. Je ne suis simplement pas prudent dans mon usage de la loi, ce qui explique pourquoi je ne qualifie pas le terme "modifier" n’importe où -- AlexSchroeder

La loi du copyright n’est cependant pas capable de contrôler la critique. Un usage "fair" FairUse est tout à fait libéral dans la plupart des pays. Les parodies et les satires peuvent diffamer l'honneur et la réputation de l'auteur original sans violer la convention de Berne (BerneConvention).



Les brevets ont été conçus explicitement pour encourager des auteurs à contribuer. Les copyrights son multi variants.

Je ne comprends pas ceci. Cela semble vrai mais pas en rapport avec ce qui précède ? -- AlexSchroeder

Vous avez écrit, l’intention originale du copyright était, donc, d’encourager des auteurs à contribuer plus -- pour favoriser le progrès dans les arts utiles!"

L'intention de copyright était d'utiliser la loi bien comprise de propriété qui existait en ce temps comme un cadre régi ainsi, de développer,et de contrôler les discours (pas les idées). Le copyright est fondé sur des principes capitalistes de production et de valeur, eux-mêmes basés sur le libéralisme. Un des aspects critiques du libéralisme est le droit de l'individu à protéger son Moi des autres. La loi sur la propriété a déjà suffisamment fourni de mécanismes suffisants et efficaces pour faire ainsi ; car il a du sens que d’autres aspects psychiques d'individu du Moi devraient également être protégés, il était bon marché et efficace de faire faire un discours propriété -- également physique, tangible, et distinct –.

Notez que les idées sont très intangibles (abstraites) et indistinctes (pas une idée n'est séparé du contexte dans laquelle elle existe). À la différence de la parole en laquelle vous pouvez contrôler directement parce que vous pouvez exactement décrire ce qui constitue ce discours (par exemple le texte de cette page), les idées nécessitent un mécanisme différent pour la protection. Dans le milieu universitaire, c’est la publication qui protège votre idée, car le crédit est la seule chose qui compte dans le milieu universitaire. Dans l'innovation, c’est le brevet. L'alternative au brevet est le secret commercial, qui blesse l'innovation parce que cette information peut être perdue. Votre description, "encourager les auteurs à contribuer plus -- pour favoriser le progrès dans les arts utiles !" est la définition précise des brevets. Je crois que vous avez confondu les deux.


Discussion MultilingualExperiment ouverte sur CopyrightJustification


DossierCopyright PageTranslation CopyrightJustification

Define external redirect: MickeyMouseAct

EditNearLinks: WikiAsPIM AvoidIllusion BerneConvention EviterIllusion OpenSource FairUse LawrenceLessig

Languages: