SurchargeInformation

Cette page a démarré sur InformationOverload

Je sens que c'est un des grands problèmes à venir dans notre société. (oui, tout d'abord dans la société mondiale, mais dans un sens ceci affecte le reste de la société).

Le problème posé de SurchargeInformation est de savoir comment faire pour suivre la masse d'informations disponibles. C'est le lieu commun entre un tri dans l'actualité, retrouver le courrier électronique parmi le pourriel et la façon de construire un moteur de recherche. C'est aussi le problème de pouvoir lire des articles sur le web et de pouvoir ressentir que chacun d'eux était important et valable, et puis pour finir, décider que vous avez passé trop de temps à lire des articles sur le web. Le premier problème est qu'il y a trop d'ordures à trier ; l'autre problème encore plus gênant : trop de bons contenus à trier.

Il y a beaucoup de ConséquencesSurchargeInformation.

Je pressens les wikis comme une arme puissante dans la bataille contre la SurchargeInformation, et je sens qu'ils pourraient devenir encore plus efficaces à l'avenir. Voir aussi WikisVsSurchargeInformation.

Solutions

Notez que souvent dans les discussions de "surcharge d'information", l'information entrante est appelée "items d'actualités" ; même si l'information entrante peut ne pas être "d'actualité" dans le sens de "l'appartenance à un journal d'actualités".

Une autre méthode possible pour réduire la SurchargeInformation est le développement de nouvelles techniques pour traiter des quantités massives d'information à consommer – telle la LectureRapide?.

Nous devons modifier notre perspective et attitude envers l'accumulation de l'information et les usages. x-ref the ADD culture war, PairProgramming (Wiki:PairProgramming, TeachingByPairProgramming). Un billet intéressant à ce sujet de Marshall Brain.

Je pense que la "Surcharge d'Information" est quelque chose dit par des personnes qui ne savent pas gérer toute l'information qui leur est disponible.

Ce n'est pas qu'il y ait beaucoup trop d'information - svp faites moins.

C'est que quand nous pénétrons de nouveaux pouvoirs, nous devons la calculer et ce n'est pas facile.

C'est comme un gosse de 13 ans en arts martiaux - il continue à trébucher sur son pied. Parce que son corps est en train de le modifier.

La même chose pour nous.

ce serait moi, une de ces personnes qui parlent de surcharge d'information parce que nous ne savons pas la gérer. Je n'en suis pas, cependant, à dire "svp, faites moins", non. Mais à ce stade je n'ai rien trouvé qui me laisse la gérer de façon satisfaisante. Et je fais déjà de la lecture rapide, j'utilise beaucoup de filtres et délégations et cela me surcharge encore.

Je recommanderais fortement que quiconque ressent de la SurchargeInformation, fasse les choses suivantes :

  • Faire une liste des bénéfices d'être informé à la minute près.
  • Faire une liste des coûts d'être informé à la minute près.
  • Retrancher 90% de l'information que vous prenez.
  • Remplacer ce temps avec quelque chose qui vous aide à atteindre vos objectifs.

Si vous faites ça, alors vous arrêterez de ressentir la SurchargeInformation.

Je sais moi-même, que - quand je ressens la SurchargeInformation, c'est parce que mon énergie est tirée dans le monde. Elle est tiré de manière non nécessaire. Quand je souffre de SurchargeInformation, j'ai développé un sens aigü des proportions - combien vaut quelque chose, cela en vaut t'il bien la peine ? C'est le moment où j'ai besoin de réévaluer. Disons, "Qu'est ce que cela me rapporte ? Qu'est-ce que ça me coûte ? Que pourrais-je obtenir si je faisais autre chose ?"

Ai-je vraiment besoin de lire un article de magazine parlant des batteries comme facteur limitant dans les technologies informatiques ? Je sais déjà ça. Je connais ça bien. Mais même si je ne le savais pas, je n'aurais encore pas besoin de le savoir. Connaître la puissance des batteries dans les ordinateurs ne modifie pas mon comportement. Je ne ferai rien de différent de ce que je faisais avant, si ce n'est peut-être espérer et attendre une batterie qui dure plus longtemps. Mais j'apprendrai tout de cela incidemment à la demande.

Résultat net ? Retrancher cet article de magazine, je ne perds rien (zéro !), et je gagne du temps net utile.

Je pense que les personnes mettent bien trop de confiance dans la connaissance et la capacité de "rester informées". Il y a un plaisir qui vient à recevoir de l'information, comme une sorte de drogue relaxante. Nous nous disons à nous-mêmes, "Oh, je viens juste d'être informé," mais si nous pensons cela honnêtement, la plupart de cette information est complètement non nécessaire et n'a pas de résultats sur nos actions. Nous avons besoin plus de "faire que les choses arrivent," je dirais. Je combats généralement très fermement pour le coin "Action" du PenserParlerAgir. Si vous vous sentez oppressé par la SurchargeInformation, je dirais, "Bien, dispensez-vous de l'arme Paroles".

(Pourquoi "paroles ?" Parce que communiquer avec des personnes via des choses écrites est une forme d'acte de parole même si vous ne bougez pas vos lèvres. Je crois que je prends pour exemple la "pensée" pour être une conversation purement interne, plutôt que quelque chose qui arrive avec d'autres personnes.)

Si vous pressentez de la SurchargeInformation, je choisirais soit :

  • Arrêtez de parler, commencez à Penser.
  • Arrêtez de parler, commencez à Agir.

Si vous pensez, vous ne ressentez pas la surcharge d'information - vous êtes dans votre petit monde. (Ou plutôt je dirais, le monde sort à l'intérieur de son propre petit monde, et vous en venez à vous asseoir, patiemment, durant le temps qu'il faudra, simplement vous, votre morceau de papier, votre stylo et votre bureau. C'est très réconfortant et relaxant. Vous trouvez aussi votre direction intérieure, en écoutant votre propre voix intérieure.)

Si vous agissez, la surcharge d'information n'est pas un problème. Vous êtes probablement en train de vous battre avec un manque d'information sur ce point. Quand vous avez des objectifs spécifiques clairs, il est si facile de valoriser les choses proprement. "je fabrique un robot. De quoi dois-je me soucier si c'est un essai à propos de Foo à mi-chemin du monde ? non pertinent pour ma mission en cours. Je suis occupé à souder des fils sur des puces et à tester mes transistors."

Je crois que la SurchargeInformation est un problème interne. Ce n'est pas un problème externe. Ce n'est une quantité de rustines technologiques qui la résoudra. Vous ne devriez jamais avoir confiance sur le fait que vous disposez de "l'ensemble de l'image". (Impossible). Vous devriez toujours vouloir de plus en plus d'informations. Vous ne devriez jamais vous sentir "à jour". Les événements devraient continuer à arriver.

C'est mon point de vue là-dessus à n'importe quel prix.

J'ai ressenti la SurchargeInformation mais c'est quelque chose que ne n'ai pas ressenti maintenant depuis bien longtemps. Un jour, je dirai à propos de la SurchargeInformation ce que je raconte à propos de "l'Ennui."

"Oh oui… Ennui…"

"Je me souviens avoir ressenti que…"

"J'avais environ,… 14 ans ou quelque chose…"

"oui,… Ennui… Une sorte de sentiment étrange."

(Je pense que la raison pour laquelle les gens s'ennuient est parce qu'il y a des programmes en eux faisant qu'elles ne peuvent pas poursuivre ce qu'elles veulent vraiment poursuivre, ce programme est ancré profondément dans leurs êtres. Parce que les programmes inhibiteurs les coupent de tout ce qui les incarne vraiment, ce qui compte vraiment, est qu'elles doivent poursuivre quelque chose qui ne leur importe pas. Le résultat est prévisiblement ennuyeux. D'autres personnes ont d'autres théories (en).)

Il en est de même pour la SurchargeInformation. Je pense qu'il existe des attentes sur le fait que "recevoir de l'information" ne devrait rien coûter ; nous ne budgétisons pas mentalement cela. J'ai vu ça de nombreuses fois. Beaucoup de gens rient un petit peu et montrent quelque étonnement quand je dis, "Bien sûr, c'est trivial. Mais les choses triviales prennent du temps" Tout est trivial. Tout cela prend du temps. Le temps est la devise en or.

Je ne sais pas ; J'ai beaucoup trop de choses à dire à ce sujet. Je devrais m'arrêter bientôt.

Pour quelque raison, les gens font très très confiance – beaucoup trop, sur l'information apprise. Peut-être est-ce un produit dérivé de notre trop forte utilisation des ordinateurs et de notre façon de penser les ordinateurs. Nous nous concentrons sur : "Vous avez l'information, et puis vous la copiez dans votre cerveau, et puis vous êtes un ordinateur mis à jour".

Ce n'est pas une chose vraiment nouvelle, je ne pense pas. Einstein disait, "L'imagination est plus importante que le Savoir", et je pense qu'il parlait un peu de ça.

Et Napoleon Hill a beaucoup écrit sur la manière dont les personnes lisent, pensent et ne font jamais ce qu'elles ont appris. Combien d'entre nous sont simplement passifs. Ce peut être un peu dur comme jugement, mais j'ai le sentiment ici d'impuissance apprise "Learned Helplessness".

Eh, … Je me bats avec ce billet. Je désire Skype, ainsi je pourrais parler, écouter et nous pourrions assembler un modèle tous ensemble.

Je pense que l'une des raisons pour lesquels mes messages sont si longs, est parce que j'attends d'entendre une réponse, mais je n'en ai pas, ainsi je continue à parler, afin d'extraire quelque chose de vous. Et puis vous êtes encore silencieux, ainsi j'écris encore plus…

SurchargeInformation :

  • Si vous la pressentez, repensez vos décisions.

QuandLaSurchargeInformationSurvientAgissez. (Pas certain que la page décrive vraiment ce à quoi je pense, bien que..) Peut-être que devrais trouver un autre nom : InformationOverloadIsntReal?. ou : WhoNeedsInformationOverload?. ou : InformationOverloadIsInTheMind?. ou : YouDontNeedMoreInformation?. ou : InformationCostsSomething?. ou : InformationNoThanks?. ou : SoWhatsAllThisInformationForAnyways?. ou : HuckInformation? ou : StopReadingTheNews?. ScrewInformation?. GimmeSomethingICanActOn?. je ne sais pas. Quelque chose comme cela. InformationOverloadIsTheWrongTarget?.

Ainsi, quelques idées maîtresses (AttaquerLeModeDocument) :

Idées générales à propos de la SurchargeInformation :

  • La SurchargeInformation provient de penser que l'information est plus utile qu'elle n'est.
  • La SurchargeInformation provient de penser que l'information coûte moins qu'elle ne le fait. (time)
  • Quand nous sommes dans la SurchargeInformation, nous nous concentrons généralement sur des choses que nous n'aurions pas apprises autrement.
  • Beaucoup trop d'attention sur le monde externe (information externe) est épuisant.
  • Les personnes mettent trop de confiance dans l'information externe parce qu'elles n'ont pas confiance en leurs propres capacités. (Et plus spécifiquement, leurs capacité de trouver l'information quand elles en ont besoin)
  • La SurchargeInformation n'est pas un problème interne ; aucune quantité de technologies ou d'organisation ne peut la résoudre.
  • C'est équivalent à l'ennui : Aucune quantité de stimulation externe ne "guérira" l'ennui de la personne. Seule une auto-analyse peut vraiment la réparer.

Pour répondre à la SurchargeInformation :

  • Penser à combien vous coûte les tonnes de lecture.
  • Coupez 90% de vos entrées d'information.
  • QuandLaSurchargeInformationSurvientAgissez. Faites quelque chose, et suivez les traces du train mental réglées par le plan d'action.
  • Ou pensez à rester à l'écart et indépendant des signaux externes. Assezyez vous derrière un bureau avec du papier blanc et un stylo et pensez par vous-même.

"Quoi, ils ne vous enseignent pas ça à l'école ?"

Je ne suis pas d'accord.

Bien sûr, je peux dégraisser la consommation d'information quand je suis occupé et ma vie n'en souffre pas. En fait, je ressens que je pourrais vivre toute une vie dans ce mode et avoir une carrière réussie. Cependant, je pressens encore que j'aurais même une meilleure carrière si l'on m'avait parlé de développements plus intéressants.

Je pressens beaucoup le temps de consommation de l'information doit être consommés dans le l'information sur-optimale. Avec un système propre de filtrage d'actualités, ce temps pourrait être dépensé beaaucoup mieux.

Je suis gêné de la façon hasardeuse par laquelle l'information importante se propage. Par exemple, les chercheurs entendent souvent parler de nouveaux travaux en tombant desuss. J'ai entendu parler des wikis en tombant dessus par hasard. Peu de personnes en neurosciences ont entendu parler de nouvelles techniques mathématiques qui pourrait vraiment les aider dans leur travail avant que ces techniques n'émergent il y a 60 ans.

Je ne suis pas d'accord sur le fait que la consommation d'information n'est pas nécessaire. Oui, 90% de ce que vous trouvez n'en vaut pas la peine, mais à cette heure, il n'y a pas de meilleur moyen pour recevoir les 10% qui justifient le reste. De meilleures stratégies de filtrages pourraient fournir les 10% sans les 90% restants.

Résumé :

  • Je pense que chercher ailleurs de l'information en vaut la peine, si non nécessaire
  • Je pressens que les gens ratent beaucoup d'informations importantes
  • Aujourd'hui, beaucoup d'information importante semble être transmise par les voies du hasard
  • Un meilleur système de distribution de l'information pourrait nous donner un meilleur mileage pour une quantité donnée de temps.

Bien, ok-je peux être d'accord avec quelques-unes de ces idées.

Comme : Nous pouvons trouver des choses importantes d'il y a 60 ans, n'est-ce pas ? Je suis d'accord avec ça.

Mais, est ce que ce manque de savoir vieux de 60 ans est vraiment quelque chose qui provient de la SurchargeInformation ?

Ceci sonne plus comme : c'était quelque chose d'important qui était caché depuis bien longtemps. Peut-être que c'était le remède du cancer, et il était sous une boîte durant toutes ces années. Mais ce ne serait pas la faute de la SurchargeInformaton? ? Je ne pense pas.

Je suppose mais je ne l'ai pas.

Quand je lis ConséquencesSurchargeInformation et qu'il y est dit "… une réduction dans le temps personnel car les personnes doivent passer de plus en plus de temps à se cultiver (lire l'actualité, apprendre les nouvelles techologies, répondre aux emails, surfer le web)…" … mon, "c'est un problème dans la tête", genou commence à avoir des spasmes. La même chose quand je lis, "Est-ce le problème de lire des articles sur le web et ressentir que chacun d'eux était important et valable, et puis par la suite décider que vous avez passé beaucoup trop de temps à lire des articles sur le web." Je veux dire, peut-être est ce simplement moi, mais cela me semble vraiment comme un sens de la proportion déplacé.

Bien, que penser de ça :

Peux-tu me raconter une histoire d'un moment où tu as eu une SurchargeInformation, et ce n'aurait pas dû se passer, et une technologie ou procédure aurai aidé ?

Je peux penser à beaucoup de façons d'organiser nos communications. Alors nous pourrions recevoir/produire plus de communications, et ne pas être tous embrouillés dans le processus. (Comme la manière dont gmail classe les conversations, ou les menus d'aide, ou quoi que ce soit).

J'ai quelque difficulté à imaginer une méthode non "hasardeuse" de répandre l'information, à l'écart e l'agitation, de l'éducation, de l'organisation.

Mais j'ai toujours le sentiment qu'avec les formes de SurchargeInformation, peu importe la façon dont devient le système, il y aura toujours ce sentiment qu'il n'est pas "au top" de toute l'information disponible là. Peut-être ceci ne te décrit pas précisément, mais je pense que cela décrit précisément la plupart des gens que je connais qui sont en "SurchargeInformation".

Je voudrais séparer le problème "personnel" de la SurchargeInformation, du but de faire que les communications soient plus efficaces.

Au lieu de SurchargeInformation, je pourrais faire une page comme OrganiserCommunication?, ou quelque chose comme ça. Ce que tu décris sur ton dernier billet sonne beaucoup plus comme : "Hm, ce serait géant si nous pouvions mieux organiser nos communications," que cela ne sonne comme "Ack! je suis stressé ! Je me sens comme noyé dans un océan d'information !"

Suis-je en train de comprendre correctement ce que tu veux dire ? Est ce que ma réponse fait plus de sens, en dépeçant les problèmes comme cela ?

Visualiser l'information est une réponse à la première. La réflexion personnelle et le changement est une réponse au second.

Hmm, je suppose que j'ai un peu mélangé les deux ensemble (l'efficacité des communications, et le sentiment de noyade dans l'information). Je sens que la situation de noyade dans l'information est la définition canonique de la SurchargeInformation. Mais même si tu ne te sens pas inondé et que tu ne passes que 10 minutes par jour à "rester à jour", si ces 10 minutes sont passées à lire des choses moyennement intéressantes alors que tu rates des choses valabales, il y a par conséquent un problème.

Je suis d'accord que je couinerai encore sur la "surcharge d'information" tant que les choses ne seront pas 100 x mieux que maintenant. Je suppose que la façon dont je définis cela est simplement aussi simple qu'une condition environnementale avec laquelle nous devons nous accomoder, de la même manière qu'un "climat aride" est une condition où les créatures vivant dedans doivent faire avec : il y a beaucoup plus d'informations pertinentes entrantes que nos capacités à pouvoir même superficiellement les scanner. De ce fait, il est très facile de rater de l'information valable/importante. A cause de ça, il peut être possible pour une performance d'organisme de décliner quand plus d'information est disponible. Avec cette définition, il peut y avoir même de la "surcharge d'information" quand tout le monde utilise une stratégie optimale de consommation de l'information, et même quand tout le monde est dé-stressé : c'est simplement une description de l'environnement.

Une autre manière à laquelle je pense, est que la surcharge d'information est un problème quand les conditions environnementales de surcharge d'information sont présentes ET que vous utilisez une stratégie suroptimale qui fait que vous ratez l'information importantes que vous pourriez autrement avoir saisie. Bien sûr, nous ne pouvons jamais trouver de "stratégie optimale", auquel cas je couinerai sur le probème même si nous parvenons beaucoup mieux à faire avec (de la même façon que je ferai remarquer que "nous vivons dans un climat aride" ; il est utile de continuer à pointer ces choses de telle manière que nous continuions à nous concentrer à s'adapter à des défis de l'environnement).

Quelques exemples plus concrets :

  • Email backlog. J'en ai beaucoup. Je pressens que je suis en train de me noyer dedans. Cela ne me tue pas. Mais cela craint.
  • Listes de Diffusion. Simplement du fait d'être un étudiant de 3° cycle à l'UCSD, je suis abonné à des milliards de listes de diffusion, quelques-unes pour tous les étudiants de 3° cycle, d'autres pour quelques étudiants de 3° cycle, d'autres pour des personnes de mon département, d'autres pour des personnes dans ma spécialité, etc. Je filtre la majorité d'entre elles vers une boîte à lettres que je ne lis jamais. Ainsi je n'entends jamais parler de tous ces types de conférences intéressantes, etc, qui pourraient être en rapport avec mon travail, ce qui semble une perte. Mais chaque annonce de conférence qui m'intéresse est enterrée dans 20 qui ne m'intéressent PAS. La distinction entre les types de conférences qui m'intéressent et celles qui ne m'intéressent pas est très simple ; je m'intéresse à tout ce qui correspond au sous-champ X qui ne correspond pas au sous-champ Y. Ainsi ce n'est pas comme une préférence non prévisible idosyncrasique. N'importe quel nombre de systèmes simples de filtrages collaboratifs pourrait utiliser les opinions des personnes ou les catégorisations pour distinguer celles dont j'aimerais entendre parler et celles dont je ne veux rien entendre. Mais rien de tout cela n'est implémenté, aussi je les rate toutes.
  • Je suis étudiant de 3° cycle en neurosciences, aussi en théorie je devrais me tenir au courant de toute la recherche en neurosciences. Et j'essaierai. Mais d'autres personnes à qui je demande disent qu'ils regardent simplement un journal de haut niveau de temps en temps, et en outre lisent tout ce qui leur arrive d'entendre parler. Ce qui veut dire que la majorité du travail, le travail qui est bon mais ne produit pas les journaux de Sciences ou Nature, se font rarement lire. Cela craint.
  • Il y a des tonnes d'histoire sur slashdot, ainsi il est difficile d'être tenu "informé", même si vous filtrez par thématique. Mais si j'ignore slashdot, je rate les articles qui m'intéressent et dont je n'entends pas parler ailleurs, tels que des annonces à propos de nouvelles versions de langages de programmation, des articles à propos des nouveaux langages de progammation qui sont en train de gagner en popularité et les problèmes de libertés civiles.
  • Je veux rester au courant des nouvelles technologies internet. Ai-je besoin d'en dire plus ?
  • Et, naturellement le problème d'être au courant des ModificationsRécentes sur deux wikis, même quand vous êtes affairés durant un mois, tombe sous cette ombrelle.

Différents réglages :
Il existe le monde du dehors, le monde en dehors de notre cerveau -personnel-. Un monde changeant et en développement. Nous ne le connaissons pas si ce n'est de par nos expériences et mémoires. Nous sommes impatients de mettre à jour ces expériences et mémoires. Nous sommes même capables de tirer des conclusions, de modifier nos points de vue mais nous avons besoin d'information pour faire ainsi. Nos sens nous donnent désormais une bande passante vraiment riche pour recevoir de telles informations. Nous voyons, écoutons, goûtons, sentons et ressentons. Notre cerveau est un système extrêmement puissant pour décoder et analyser le processus de la nouvelle information et de travailler avec dans nos expériences et mémoires. L'information atteint notre cerveaux essentiellement à travers deux sens en priorité, la vue et l'ouïe. Ces deux là sont à un degré de processus dans notre cerveau qu'aucune autre espèce vivante autre que le H-double-s (Homo sapiens sapiens) n'a même pu accomplir. Des yeux de faucon sont bien suffisants pour "lire" un journal à travers un court de tennis. Notre cerveau peut lire, un cerveau de faucon ne peut pas. Les oreilles d'un chien entendent clairement des voix avant que nous n'ayons pu même les remarquer. Mais notre cerveau comprend le langage parlé, un cerveau de chien ne le peut pas.
Durant l'explosion de notre cerveau (un processus continu en passant), les humains ont développé des capacités et techniques pour traiter l'information, la conserver et la répandre : le langage, l'écriture, l'impression, la radio, le téléphone, la télévision et plus récemment internet. Le langage est très vieux. L'écriture est ancienne, elle marque le début de l'histoire. Avant cela, le temps où il n'y avait pas d'information enregistrée par les humains, s'appelle la préhistoire. Avec l'invention de Monsieur Gutenberg au "15ème" siècle, nous sommes entrés dans quelque chose de nouveau, quelque chose de fou en quelque sorte. Nous avons créé la machine pour notre surcharge-information. Elle semble être une tendance humaine récente, au moins depuis 500 ans, pour créer les prémisses de la surcharge information. Nous ici - intéressés par cette machinerie, intéressés pour la rendre plus efficace - sommes fiers d'elle.
Comme disait Lion, la surcharge-information est "personnelle". Comme c'est un problème personnel d'aller de Berlin à Hambourg. Marcher à travers les champs est une solution. Cela vous prendra plusieurs semaines. Disposer d'une autoroute et d'une voiture fera que cela dure 3 heures et demi. Des techniques plus intelligentes peuvent très bien réduire l'information superflue. Sur wiki et maintenant les noeuds-sujet semblent très chauds pour l'efficacité dans la recherche de la bonne information.
D'un autre côté en ce qui me concerne personnellement, la surcharge-information est un état nécessaire et temporarie dans mon esprit. J'en ai besoin. Cela fait partie de mon rythme personnel, c'est ce que je ressens quand je me rapproche trop du feu décrit sur meatball-wiki: wiki as a fire. J'ai besoin de phases, de phases douloureuses d'être surchargé d'information provoquant la confusion, en fait je crée délibérément de telles situations de temps en temps. Ou mieux : je me regarde moi-même manoeuvrer à l'intérieur incapable et ne voulant pas faire quoi que ce soit contre elle malgré tous les dommages collatéraux émotionnels que cela crée inévitablement. Mais ensuite un processus automatique de sélection se met en route, il largue tous les choses non pertinentes et m'amène à me concentrer sur une chose et travailler dessus, capable positivement durant un certain temps d'ignorer toutes les autres sources d'informations disponibles, jusqu'à ce que le travail soit fait ou jusqu'à ce que mon être atteigne de nouveau la disruption qui me mène à nouveau vers une aptitude temporaire pour la concentration. C'est vraiment ennuyeux parfois, mais c'est comme ça. Je pense que je ne suis pas le seul à fonctionner comme ça, ou plutôt ce pourrait être une façon assez générale pour l'humain de penser, un désir pour une pulsion répétée, un cycle tension/relâchement tension et c'est aussi très probablement un principe sur la façon dont fonctionne l'esprit de ruche.

  • La possibilité d'être surchargé d'information est plutôt un nouveau désir humain.
  • Les moyens techniques peuvent énormément améliorer l'efficacité dans la sélection de l'information.
  • A l'intérieur d'un rythme personnel, et vraisemblamblement aussi à l'intérieur d'un rythme collectif (esprit de ruche), la surcharge information est un état d'esprit temporaire et aussi inévitable que positif.

LangueFrançaise PageTranslation InformationOverload DossierOrganisationInformation

Define external redirect: InformationNoThanks SurchargeInformaton InformationOverloadIsInTheMind InformationCostsSomething WhoNeedsInformationOverload LectureRapide InformationOverloadIsntReal ScrewInformation StopReadingTheNews SoWhatsAllThisInformationForAnyways YouDontNeedMoreInformation InformationOverloadIsTheWrongTarget HuckInformation OrganiserCommunication GimmeSomethingICanActOn

EditNearLinks: WikisVsSurchargeInformation

Languages:

The same page elsewhere:
MeatBall:SurchargeInformation